/news/transports
Navigation

Les Attikameks lèvent le blocus ferroviaire en Mauricie

Coup d'oeil sur cet article

La manifestation de membres de la communauté de Wemotaci en Haute-Mauricie aura finalement été de courte durée. Le siège installé lundi aux abords de la voie du Canadien National (CN) qui traverse le village a été levé en fin de soirée, quelques heures plus tard.  

• À lire aussi: Les Attikameks bloquent une voie du CN en Mauricie  

Dans un communiqué, le conseil de la nation attikamek a insisté pour dire que jamais la voie n'a été bloquée. «Le point avait été fait. Le message avait été fait qu'ils étaient capables de venir en support à la nation qui se trouve en Colombie-Britannique. On ne voulait pas occasionner plus de dommages que ce qu'on voit présentement», a expliqué le chef du Conseil de la nation attikamek, Constant Awashish.  

Mardi matin, un convoi de conteneurs du CN immobilisé à La Tuque a donc repris sa route, escorté par la police du CN, vers Wemotaci, l'Abitibi, le nord de l'Ontario, Toronto et éventuellement le Midwest américain. Le CN peut contourner le blocus de Belleville en empruntant ce corridor situé plus au nord.  

Au nombre des sujets d'insatisfaction des manifestants figurait le projet de gazoduc qui doit relier l'Ontario au Saguenay en passant par la réserve. Or, le maire de La Tuque prend l'engagement, le moment venu, de faire en sorte de maximiser les retombées économiques pour la communauté autochtone.  

«Pourquoi ne pas profiter du fait qu'une compagnie va amener plusieurs travailleurs, va demander des structures. Donc, il faut profiter de ce qui s'en vient pour être capable d'aller plus loin dans le développement économique», a fait valoir Pierre-David Tremblay. Ce projet, Énergie Saguenay, doit devenir le plus important investissement privé de l'histoire du Québec, avec une valeur de 14 milliards $.