/misc
Navigation

Michael Bloomberg peut dépenser, mais peut-il séduire?

Michael Bloomberg peut dépenser, mais peut-il séduire?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Selon un récent sondage NPR, Michael Bloomberg figure maintenant au second rang parmi les candidats et candidates démocrates. Si Bernie Sanders domine avec 30% des appuis, Bloomberg obtient 19%, devant les Biden, Buttigieg ou Warren. Les millions investis en publicité rapportent donc des dividendes, mais le premier véritable test pourrait bien se dérouler demain soir. 

Non seulement le sondage NPR constitue-t-il une bonne nouvelle pour l’ancien maire de New York, mais celle-ci s’accompagnait d’une qualification du milliardaire pour le débat du 19 février. Comme il n’a encore participé à aucun débat, Bloomberg s’attend à être le centre d’attention et il se doute bien qu’on ne le ménagera pas. 

J’avoue être intrigué par sa présence aux côtés des autres candidats. Bloomberg n’est pas l’homme le plus charismatique, ce n’est pas un orateur particulièrement brillant et, même lorsqu’il se permet un peu d’humour, on lui reproche parfois d’être féroce. Son intelligence et la puissance de son organisation peuvent atténuer un peu l’image qu’il projette, mais pas complètement. 

Bloomberg connaît les points faibles de sa candidature et il est déjà passé à l’action pour tenter de gommer les portions les plus controversées de son bilan à la tête de la Ville de New York. Il s’est excusé (bien tardivement, il est vrai!) de la pratique abusive du stop and frisk par la police de New York pendant son règne et tente d’adoucir son image d’homme d’affaires macho d’une autre époque. 

D’abord républicain, il a embrassé des causes comme l’importance d’une saine alimentation, la lutte contre les changements climatiques et un meilleur contrôle de la vente et de la circulation des armes à feu. Il n’aurait aucun mal à rejoindre bien des démocrates et à les convaincre de son soutien, tant il a investi de sa fortune pour appuyer ces causes.  

Je rappelais, pas plus tard qu’hier, qu’il s’est rapproché de l’initiative Fair Fight, qui favorise l’inscription des représentants des minorités sur les listes électorales. Ils sont 100 millions à ne pas avoir été inscrits en 2016. Une activiste et politicienne comme Stacey Abrams a refusé d’écarter la possibilité que Bloomberg soit le candidat démocrate pour 2020. Contrairement à Bernier Sanders, la présence d’un milliardaire ne la dérange pas, surtout si ce milliardaire contribue à des causes qui nécessitent des apports financiers importants. 

Bloomberg s’attend donc à être bousculé, et il doit l’être. Les débats, les primaires et les caucus constituent autant de tests de la solidité d’une candidature. Être mis à l’épreuve est même salutaire pour la préparation à l’affrontement ultime contre le candidat républicain. Obama a vaincu McCain en 2008, mais la lutte contre Hillary l’avait préparé au pire. 

On devrait cependant faire preuve d’un minimum de prudence dans les attaques portées contre Bloomberg. Comme les Biden, Buttigieg, Warren ou Klobuchar ne sont pas encore parvenus à rassurer les stratèges et les dirigeants du Parti démocrate (c’est encore possible), Bloomberg pourrait devenir la seule option viable face à la candidature de Bernie Sanders. 

Les attaques les plus farouches devraient d’ailleurs provenir du sénateur du Vermont. Impossible, pour Sanders, de ne pas critiquer celui qui représente le 1% du 1% auquel il s’en prend régulièrement. Il n’ a pas attendu le débat pour se manifester et les deux hommes se répondent par l'intermédiaire des réseaux sociaux.  

Qui serait le meilleur candidat pour affronter Trump: Sanders ou Bloomberg? Si les choses ne bougent pas, j’irais du côté de Bloomberg, qui peut toucher quelques indécis dans les États pivots ou même certains républicains qui en ont assez de Donald Trump. Bernie peut cependant faire valoir qu’il n’a pas son égal pour entraîner de nouveaux électeurs passionnés vers les bureaux de vote. Qu'en pensez-vous?