/finance/business
Navigation

Alstom deviendra le plus gros placement de la Caisse de dépôt

L’institution y investira davantage qu’elle ne l’a jamais fait dans Bombardier

GEN - CAISSE DÉPÔT LOGO
Photo d’archives, Martin Alarie Le siège social de la Caisse de dépôt et placement du Québec, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

L’investissement de près de 4 milliards $ que fera la Caisse de dépôt et placement du Québec dans la multinationale française Alstom pour l’aider à mettre la main sur Bombardier Transport deviendra le plus gros placement en actions de l’institution. 

À l’heure actuelle, la plus importante position en actions de la Caisse est celle qu’elle détient depuis des années dans le géant montréalais des technologies de l’information CGI.  

La semaine dernière, ce placement valait plus de 3,8 milliards de dollars. Lundi, quelques heures avant le dévoilement de la transaction Alstom-Bombardier, la Caisse a toutefois annoncé la vente d’un bloc d’actions de 600 millions $, ce qui a porté sa position dans CGI à environ 3,2 milliards $. 

Comme la Caisse le fait souvent, elle a investi dans CGI pour aider une entreprise d’ici à faire des acquisitions à l’étranger. Dans le cas d’Alstom, l’institution aide une firme étrangère à faire une acquisition au Québec. 

Pas plus de 3 G$ dans Bombardier 

La participation de la Caisse dans Alstom sera plus élevée que ce que l’institution a jamais détenu dans Bombardier. En incluant ses intérêts de 32,5 % dans Bombardier Transport et ses 53,4 millions d’actions dans Bombardier, la valeur des sommes investies par la Caisse dans le géant québécois des transports n’a jamais dépassé les 3 milliards $. 

L’investissement de la Caisse dans Alstom, dont la valeur oscillera entre 3,76 et 3,98 milliards $, représentera plus de 1 % des actifs de la Caisse, qui totalisaient 327 milliards de dollars au 30 juin 2019. 

Le seul placement plus important dans l’histoire de la Caisse a été celui de 3,2 milliards de dollars effectué en 2000 dans Québecor Média, qui représentait alors 2,6 % des actifs de l’institution. En dollars d’aujourd’hui, cela représente 4,5 milliards $. 

Pas inquiet 

Michel Nadeau, de l’Institut sur la gouvernance, ne s’inquiète pas du gros pari sur Alstom. Selon lui, le poids maximal acceptable pour un placement est de 2 % des actifs totaux quand il est question d’un investisseur de la taille de la Caisse. 

« Tu dois faire l’hypothèse que tu perds tout. Supposons qu’Alstom ne vaut plus rien demain matin, alors tu perds 5 milliards $. C’est peu probable, mais si jamais ça arrive, c’est tolérable », affirme M. Nadeau. 

La Caisse est attirée par les entreprises comme Alstom en raison de leur présence dans les infrastructures, un secteur qui devrait connaître une bonne croissance à long terme.  

Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse, assure que le placement dans Alstom a été examiné en profondeur.  

« Ça fait partie du travail quotidien et constant des équipes d’investissement de la Caisse de bien évaluer et mitiger les risques », dit-il. 


Rappelons que l’investissement de 4 milliards de dollars de la Caisse de dépôt dans Alstom permettra à l’entreprise de financer plus de 40 % du coût d’acquisition de Bombardier Transport.

LES PLUS GROS PLACEMENTSEN ACTIONS DE LA CAISSE  

  • Alstom (2021) 3,8-4 G$ 
  • CGI 3,8 G$ 
  • TAG (gaz naturel au Brésil) 3,6 G$ 
  • Alimentation Couche-Tard 3,0 G$ 
  • Gecina 3,0 G$ 
  • Canadien National 1,5 G$