/news/politics
Navigation

Coût à la hausse de Trans Mountain: les Canadiens en désaccords

Coût à la hausse de Trans Mountain: les Canadiens en désaccords
AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les Canadiens désapprouvent les coûts à la hausse de l'agrandissement du pipeline Trans Mountain qui va grimper à 12,6 milliards $, comparativement aux 7,4 milliards $ initialement prévus.  

C’est ce qu’indique un nouveau sondage réalisé par la firme Nanos auprès de 1003 adultes canadiens entre le 27 et 29 janvier dernier.  

En l’occurrence, 59 % des Québécois et 43 % des Canadiens disent que les contribuables ne devraient pas payer plus pour ce projet que les libéraux à Ottawa estiment toujours viable économiquement.  

Avec ce coup de sonde en main, des groupes environnementaux et juridiques ont fait le déplacement à Ottawa mercredi pour mettre en avant les risques économiques associés à la poursuite du projet.  

«Les Canadiens sont à juste titre alarmés par le fait que le gouvernement Trudeau dépense des milliards de dollars de nos impôts pour permettre l’expansion de la production de pétrole des sables bitumineux, d’autant plus qu’il n’est pas transparent quant aux énormes coûts à assumer», a souligné Patrick Bonin de Greenpeace Canada, dans un communiqué.  

«Il est temps que le gouvernement écoute la population et abandonne ce projet qui serait un désastre climatique, a-t-il ajouté. Les électeurs, particulièrement ceux du Québec, veulent que le gouvernement ne gaspille pas cet argent dans ce projet qui est insensé considérant que nous sommes en urgence climatique.»  

Une fois agrandi, ce pipeline permettrait d’acheminer 890 000 barils de pétrole par jour des sables bitumineux de l’Alberta au port de Burnaby, en banlieue de Vancouver, où les manifestations contre le projet ont été légion.  

Le nouveau coût estimé est d’environ 12,6 milliards $. Rappelons que le gouvernement Trudeau a acheté à l’entreprise Kinder Morgan le pipeline en mai 2018 au coût de 4,5 milliards $ pour contrer l’incertitude entourant le projet, dans la foulée d’une vague de manifestations.