/news/consumer
Navigation

Des tablettes vides dès la fin de semaine

Coup d'oeil sur cet article

Si la crise perdure, ce n’est qu’une question de jours avant que les Québécois ne se butent aux tablettes vides de leurs commerces et marchés d’alimentation préférés.  

«Ça devrait commencer aussi rapidement qu’en fin de semaine», estime René Desmarais, conseiller principal du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD).   

«Croyez-moi, ça ne sera pas de gaieté de cœur. Mais dans l’état actuel des choses, plusieurs détaillants risquent de ne pas avoir le choix.»   

Cette catastrophe commerciale, que l’on observe déjà dans les provinces voisines du Québec, risque aussi de se produire dans les marchés d’alimentation, tous aussi dépendants – sinon plus – du transport ferroviaire.   

«En Ontario, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, les ruptures de stock sont déjà une réalité, affirme le professeur et économiste Sylvain Charlebois, spécialiste du commerce alimentaire à l’Université Dalhousie. Si cela se produit ailleurs, je ne vois pas comment les chaînes Metro, IGA et Loblaws du Québec pourraient y échapper.»   

Courtoisie

Le blocus ferroviaire paralyse depuis bientôt deux semaines l’essentiel du transport de marchandises au pays. Tandis que le gouvernement Trudeau peine à rétablir la communication avec les représentants de la nation Wet’suwet’en à l’origine du blocus, c’est toute la chaîne de transport logistique du pays qui s’en trouve compromise.   

Normalement, ce sont les étalages de produits frais venus d’ailleurs, comme les fruits, les viandes et les poissons, qui pourraient être les premiers à manquer.   

Mais le professeur Charlebois a constaté avec surprise que la pénurie frappait tout autant des catégories d’aliments non périssables, comme le ketchup et la mayonnaise, les épices et les préparations à gâteaux.   

Même le secteur de la mode  

Les grands détaillants du secteur de la mode, comme Reitmans, Aldo, La Baie et Simons ne sont pas moins à risque.   

«Certes, leurs produits ne sont pas périssables, mais tout de même fortement associés aux changements des saisons. Vous ne pouvez pas attendre le mois de juin pour présenter votre collection printanière. Idéalement, ce devrait être fait maintenant.»   

Le problème est que la majorité des vêtements vendus au pays sont maintenant fabriqués dans des pays comme la Chine, le Bangladesh et le Vietnam.   

Il en va de même de marchandises générales, vendues par exemple par Canadian Tire. Ces dernières arrivent normalement par bateau au port de Vancouver, mais doivent ensuite emprunter le train jusqu’à Montréal.   

Or, tant que les manifestants continueront de bloquer les voies, le gros des cargaisons attendues demeurera coincé dans les wagons, quelque part entre la Colombie-Britannique et le Québec.