/sports/hockey
Navigation

Des députés demandent la fin des bagarres dans le hockey junior

Enrico Ciccone veut protéger les jeunes patineurs des périls des commotions cérébrales

Des députés demandent la fin des bagarres dans le hockey junior
PHOTO D'ARCHIVES, DIDIER DEBUSSCHÈRE

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault veut la fin des bagarres dans le hockey junior. Le libéral Enrico Ciccone, qui craint pour sa propre santé en raison des commotions subies dans sa carrière, a également lancé un vibrant plaidoyer pour protéger la santé des jeunes hockeyeurs.  

« On est rendu là comme société. Ce n’est plus tolérable comme comportement », a lancé la ministre déléguée au Sport, Isabelle Charest, lors d’une mêlée de presse à la sortie du caucus caquiste mercredi. 

La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) tiendra un vote jeudi pour décider si les bagarres seront interdites lors des matchs de hockey. Le principal argument de la médaillée olympique en patinage de vitesse pour appuyer cette décision : la santé et la sécurité des hockeyeurs, mise en péril par cette pratique « archaïque ». 

Des députés demandent la fin des bagarres dans le hockey junior
Photo d'archives, Simon Clark

« J’ai mentionné à plusieurs reprises ma volonté de faire en sorte que les jeunes évoluent dans un milieu sain. Ça passe par l’interdiction ou la sanction des batailles », a-t-elle indiqué.  

« Tout le monde est conscient de la dangerosité des bagarres et des comportements violents dans un contexte de sport », a-t-elle ajouté. 

Blessures au cerveau 

C’est également le point de vue défendu par le député libéral et ex-dur à cuire Enrico Ciccone, qui a joué pendant 11 ans au hockey professionnel. Il espère également que les bagarres seront interdites par la LHJMQ. 

ÉCOUTEZ l'entrevue d'Enrico Ciccone sur QUB radio:  

Il connaît lui-même les conséquences qu’elles peuvent avoir sur le cerveau humain et a lancé un vibrant plaidoyer pour protéger les jeunes. 

« Est-ce que je vais faire de l’encéphalopathie ? Est-ce que je vais faire de l’Alzheimer précoce ? Est-ce que je vais faire de la démence ? Je me lève chaque matin avec ces idées. Quand j’oublie quelque chose, je me dis, est-ce que ça commence ? Des collègues se sont suicidés. Il y a également des jeunes qui vivent ça, qui ne vivent pas dans l’œil du public », a-t-il dit. 

Des députés demandent la fin des bagarres dans le hockey junior
Photo d'archives, Simon Clark

« On fait affaire avec de jeunes joueurs mineurs qui ont 16, 17 ans. Parfois même 15 ans. La bagarre est toujours tolérée dans la LHJMQ. Ce temps est révolu, il faut passer à autre chose. On veut pénaliser davantage les coups à la tête, alors qu’on accepte les bons vieux coups de poing sur la gueule. » 

Il estime qu’avec ce que l’on sait aujourd’hui sur les conséquences sur la santé des commotions cérébrales, il est évident que les batailles n’ont plus leur place sur la glace. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Des buts et non des claques 

Si la LHJMQ prend cette décision, elle deviendrait la première ligue de hockey junior au Canada à interdire la bagarre. 

Mme Charest estime que les arguments en faveur des batailles — elles attirent les foules dans les arénas et préparent les joueurs au jeu rude de la Ligue nationale de hockey — ne tiennent pas la route. « Les autres joueurs dans le monde sont préparés pour la LNH sans se battre », a fait remarquer la ministre. 

Quant à la popularité du sport, elle estime que les gens veulent voir de beaux buts, pas des claques au visage. « Le sport, c’est de compter des buts, déjouer, et de monter un jeu. La bagarre, pour moi, ça n’en fait pas partie. On a encore cette mentalité que les gens, c’est le spectacle qu’ils aiment. Dans la LNH, il y en a de moins en moins [des batailles] et personne ne s’en plaint », a-t-elle souligné.