/lifestyle/food
Navigation

Les spiritueux ont la cote

Cirka
Photo collaboration spéciale, Geneviève Quessy Paul Cirka, fondateur de la distillerie Cirka, et Isabelle Rochette, distillatrice en chef, sont fiers de leur nouveau produit, le Premier Whisky Cirka 93/07 Réserve Paul Cirka.

Coup d'oeil sur cet article

La fabrication de spiritueux en tous genres connaît un essor fulgurant au Québec, le nombre de distilleries ayant quadruplé depuis les deux dernières années. Une véritable industrie s’est ainsi mise en place et promet encore bien des surprises. 

Vers 1840, à l’époque de la prohibition américaine, on comptait plus de 200 distilleries au Canada, produisant principalement du whisky. Cet alcool était transporté illégalement de l’autre côté de la frontière, par toutes sortes de moyens, allant jusqu’aux tuyaux sous-marins ! Quand la prohibition a été levée, l’industrie a pratiquement disparu, pour enfin renaître au courant des années 2000. 

Selon les registres de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec, 15 distilleries étaient en activité dans la province à la fin décembre 2017. Aujourd’hui, on recense une soixantaine de détenteurs de permis de distillation. 

Croissance rapide 

Rapide à produire, le gin a été l’un des premiers spiritueux à être mis sur le marché par les nouvelles distilleries, provoquant un fort engouement chez les consommateurs. Les chiffres de la Société des alcools du Québec (SAQ) sont éloquents. 

Selon Mathieu Gaudreault, porte-parole de la SAQ, une quarantaine de nouveaux spiritueux ont été mis en vente dans la dernière année, incluant des gins, liqueurs, amarettos et plusieurs vodkas. 

« En 2018-2019 seulement, 24 nouveaux gins sont apparus sur les tablettes de la SAQ. En un an, les ventes de gin québécois ont enregistré une croissance de 47,6 %, faisant du Québec le plus important vendeur de gin au Canada avec plus de 3,2 millions de litres vendus lors du dernier exercice financier. » 

Pour plusieurs distilleries, l’objectif suprême est de produire du whisky. Le temps de production est toutefois beaucoup plus long, puisque cet alcool doit vieillir au moins trois ans et un jour en barrique pour porter légalement ce titre au Canada. Fort attendus par les amateurs, de nouveaux produits apparaîtront progressivement sur les rayons au cours des prochains mois. 

En attendant, les consommateurs continuent d’évoluer dans leur appréciation des spiritueux.  

La nouvelle tendance : les ateliers de dégustation accords mets et spiritueux.
Photo collaboration spéciale, Geneviève Quessy
La nouvelle tendance : les ateliers de dégustation accords mets et spiritueux.

La dernière tendance ? Les ateliers de dégustation accords mets et spiritueux qui se multiplient, comme ceux donnés par la SAQ en collaboration avec l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). Gin et pépites de saumon, ou huîtres et whisky fumé, vous avez déjà essayé ? 

Des spiritueux à découvrir  

  • Joual Vert, liqueur d’absinthe de l’Absintherie des Cantons  
L’absinthe Joual Vert de la distillerie des Cantons, une expérience d’une autre époque.
Photo collaboration spéciale, Geneviève Quessy
L’absinthe Joual Vert de la distillerie des Cantons, une expérience d’une autre époque.
  • Saint-Crème, une liqueur crémeuse de la distillerie Mariana 
  • Gin BleuRoyal à la fleur de pois bleu, de BluePearl Distillery. 
  • Chic choc, rhum épicé, des Spiritueux Ungava 
  • Dandy Sloe, du Domaine Lafrance, liqueur à la prune Mont-Royal 
  • Lily, digestif à base de thé du Labrador, de la distillerie du Fjord 
  • St. Laurent Acerum, eau de vie d’érable, de la distillerie du St. Laurent 
  • La Courailleuse, liqueur d’absinthe, de la distillerie Fils du Roy 
  • Liqueur d’orange, de la distillerie Noroi 
  • Avril, liqueur d’amande, de la distillerie Mariana 
  • Vodka Bold, vodka à base d’eau de la Mauricie, de Bold Spiritueux  

Un whisky qui était attendu 

Le Premier whisky Cirka 93/07 Réserve Paul Cirka a passé trois ans et un jour en barriques de chêne, avec une finition en fûts de sherry.
Photo collaboration spéciale, Geneviève Quessy
Le Premier whisky Cirka 93/07 Réserve Paul Cirka a passé trois ans et un jour en barriques de chêne, avec une finition en fûts de sherry.

La distillerie mont-réalaise Cirka vient tout juste de lancer Premier Whisky 93/07, un spiritueux 100 % seigle provenant majoritairement des récoltes de Yamachiche, fort attendu des amateurs. 

« C’est l’aboutissement de plusieurs années de recherche », dit Paul Cirka, qui confie avoir fondé sa distillerie dans le but de produire du whisky. 

Depuis 2016, les alambics de Cirka distillent vodkas et gins. Après trois ans en barrique de chêne blanc américain, le whisky que Paul Cirka a élaboré avec Isabelle Rochette, distillatrice en chef, se dévoile enfin. 

« La combinaison que nous avons choisie, c’est 93 % seigle de Yamachiche, avec un petit 7 % de malt de seigle chocolat provenant d’Allemagne, un type de maltage qui n’est pas disponible au Québec, d’où le nom 93/07 », explique Isabelle Rochette. 

Beaucoup de travail a été nécessaire pour parfaire ce whisky produit à partir du grain et leurs efforts ont été récompensés. Cirka vient tout juste de remporter une médaille d’argent au Canadian whisky awards 2020.  

La compagnie prévoit commercialiser un autre whisky au cours de l’année.