/finance/business
Navigation

Bureau de la concurrence du Canada: une plainte contre Bell et Rogers

Coup d'oeil sur cet article

CHATHAM, Ontario – TekSavvy Solutions a déposé, jeudi, une plainte auprès du Bureau de la concurrence du Canada demandant qu’une enquête soit déclenchée relativement à «une série d’activités à tendance anticoncurrentielle» impliquant Bell et Rogers.  

TekSavvy, qui est l’un des plus importants fournisseurs indépendants de services internet au pays, affirme que Bell et Rogers auraient agi de façon anticoncurrentielle sur les marchés de gros et de détail de leurs services internet.  

Selon la plainte, «les divisions de Services de gros de Bell et de Rogers ont fait grimper les coûts des concurrents, tandis que leurs divisions du commerce de détail ciblent les concurrents avec une "marque de combat" dont le prix au détail est inférieur à leurs coûts de gros, que Bell et Rogers ont gonflés de façon injustifiée», a indiqué TekSavvy Solutions, par communiqué, jeudi soir.  

L’entreprise qui est installée à Chatham, en Ontario, ainsi qu’à Gatineau soutient que ces pratiques auraient fait en sorte de faire gonfler les «coûts de centaines de millions de dollars pour des millions de Canadiens».  

TekSavvy Solutions rappelle que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) «a déterminé que Bell et Rogers ont dérogé 56 fois à ses règles de fixation des tarifs de gros entre 2016 et 2019 en gonflant systématiquement les tarifs de leurs concurrents au détail, dans certains cas de plus de 900%».  

Mais «malgré les constats très troublants du CRTC, que Bell et Rogers ne contestent pas d'ailleurs, ainsi que l'ordonnance de 2019 du CRTC qui exige de Bell et de Rogers une correction des tarifs gonflés de même qu'un remboursement à leurs concurrents des montants injustement soutirés, Bell et Rogers ont tout de même obtenu une suspension de la décision et ont demandé au Cabinet fédéral de la renverser», a poursuivi TekSavvy Solutions.  

«Ces entreprises doivent être tenues responsables de leurs activités anticoncurrentielles», a dit Andy Kaplan-Myrth, vice-président, Affaires réglementaires et Distributeurs de TekSavvy Solutions.  

«Ce genre d'activités anticoncurrentielles explique pourquoi les Canadiens paient des tarifs de services internet et mobiles parmi les plus élevés au monde», a indiqué Janet Lo, vice-présidente, Affaires juridiques des consommateurs.