/qubradio
Navigation

Carambolage sur l’A15: témoignage bouleversant du patron d’un camionneur impliqué

Sur la photo: le camion de Propane & Mazout Beauchemin, impliqué dans le carambolage sur l'autoroute 15 le mercredi, 19 février 2020.
Journal de Montréal - Chantal Poirier Sur la photo: le camion de Propane & Mazout Beauchemin, impliqué dans le carambolage sur l'autoroute 15 le mercredi, 19 février 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Dominic Beauchemin, président de Mazout & Propane Beauchemin, s’est rendu sur les lieux du carambolage pour assister son employé qui, coincé dans le deuxième segment de l’accident, a tenté de secourir les victimes enfouies sous son camion.

«[Le chauffeur] nous a appelés à 12 h 45 pour nous dire qu’il était sain et sauf, qu’il n’y avait aucune fuite de pétrole au niveau de la citerne qui était remplie quand même à moitié, a raconté M. Beauchemin à QUB radio. Les seules fuites étaient au niveau des réservoirs de carburant qui coulaient.»

Écoutez l'entrevue complète ici: 

Rassuré qu’aucun feu ne se soit déclaré dans le véhicule, il a ensuite dû réagir rapidement lorsque son camionneur a déclenché le plan d’urgence en raison des matières dangereuses impliquées.

«Il était [très] nerveux, c’est sûr. C’est quand même un jeune, à son premier gros incident. Il avait besoin de réconfort. Il était totalement sur la panique. Il disait qu’il entendait des gens crier dans l’autobus à côté», a-t-il renchéri.

Des tristes découvertes

Conseillant à son camionneur de prêter main-forte aux passagers de l’autobus à côté de lui, Dominic Beauchemin a vite reçu un autre appel de son employé.

«Dominic, il y a des gens qui sont coincés en dessous du véhicule. Je ne peux rien faire pour ça, s’est-il fait dire au bout du fil. Là, il a comme eu un choc nerveux, à cause des deux victimes, que moi-même, j’ai vues en dessous de notre camion», a ajouté le président de la compagnie.

Toujours selon M. Beauchemin, le conducteur de la voiture qui se serait glissée sous le camion aurait perdu la vie au moment de l’impact, alors que son copilote aurait succombé à ses blessures quelques minutes plus tard.

Des traumatismes importants

«Même moi, étant sur les lieux, j’ai été là 30 minutes [...] et je suis parti, j’étais vidé. J’étais sous le choc de voir l’auto [...] C’était prenant de voir ça, qu’il y avait des gens de coincés là-dedans» a raconté M. Beauchemin.

Ce dernier a assuré que son chauffeur, qui a subi un important choc nerveux, bénéficierait de tout le soutien psychologique nécessaire et qu’il aurait l’appui de son équipe.

La faute de mère Nature?

S’il croit que le résultat du carambolage ne puisse être attribuable à autre chose qu’à Dame Nature, le président de Mazout & Propane Beauchemin juge que le bassin de La Prairie est particulièrement difficile pour la conduite.

«C’est un des premiers secteurs à être fermé tout le temps quand il y a de la poudrerie», a-t-il soutenu.

Il a d’ailleurs dénoncé les propos du ministre des Transports, François Bonnardel, affirmant mercredi que le tronçon où s’est déroulé l’important carambolage n’était pas «accidentogène».

Le tragique événement, survenu en fin d’avant-midi mercredi, a impliqué plus de 200 automobiles. Deux personnes ont trouvé la mort dans ce carambolage et 29 autres ont subi des blessures.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions