/news/provincial
Navigation

Le Grand Marché se dit «satisfait» de son achalandage

Le Grand Marché se dit «satisfait» de son achalandage
PHOTO D'ARCHIVES, DIDIER DEBUSSCHÈRE

Coup d'oeil sur cet article

Même s’ils sont incapables de fournir des chiffres précis de fréquentation quotidienne, les dirigeants du Grand Marché assurent être «très satisfaits» de l’achalandage des huit derniers mois.  

«Le marché n’est pas – en date d’aujourd’hui – équipé de compteur de personnes. Avec plus de 20 portes d’accès, vous comprendrez que nous n’avions pas les ressources pour équiper l’ensemble de ces accès [...] Mais le Grand Marché s’est rapidement positionné comme une destination incontournable», a mentionné Daniel Tremblay, directeur général du Grand Marché de Québec, jeudi matin en point de presse.      

Conférence de presse du maire de la ville de Quebec, Régis Labeaume, sur l'affluence au Grand Marché de Quebec, le jeudi 19 février 2020. Daniel Tremblay.
STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)
Photo Stevens LeBlanc
Conférence de presse du maire de la ville de Quebec, Régis Labeaume, sur l'affluence au Grand Marché de Quebec, le jeudi 19 février 2020. Daniel Tremblay. STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

Au cours des derniers jours, des critiques ont fusé sur le fait que le Grand Marché semble vide de clients en ce début d’année 2020.   

M. Tremblay a fourni des statistiques provenant d’un sondage Léger selon lequel 46% des résidents de la région métropolitaine de Québec avaient visité l’infrastructure, trois mois après son ouverture en juin 2019. Aussi, près de 300 000 visiteurs ont pris part au Grand Marché de Noël, entre le 28 novembre et le 29 décembre. Environ 79% sont des locaux contre 18,3% qui sont des touristes.   

Daniel Tremblay a dit ne pas être surpris de constater un «niveau moindre d’achalandage» depuis le début janvier. «Ce cycle était semblable à ce qui était vécu dans le Vieux-Port, contrairement à ce que certains peuvent laisser croire», a-t-il fait remarquer.   

Labeaume y croit  

Selon le maire de Québec, Régis Labeaume, «il y a des milliers de personnes et des milliers de touristes qui visitent le Grand Marché». Ce dernier croit toujours que la fréquentation annuelle de l’édifice sera de quatre à cinq millions de visiteurs dans les prochaines années, une fois que l’infrastructure sera connue et adoptée par tous.   

  

Le Grand Marché se dit «satisfait» de son achalandage
Photo Stevens LeBlanc

De son côté, Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, a invité à la prudence. «Il faut faire attention lorsqu’on regarde les chiffres, a-t-il recommandé. On parle d’un échantillon sur quatre semaines qui ont été pris dans la période la plus achalandée de l’année, juste avant Noël.»   

Le DG du Grand Marché a par ailleurs admis que «les résultats n’ont pas été très concluants» par rapport à la navette de bus gratuite mise en place entre juin et octobre 2019 pour amener les clients du Vieux-Québec vers le Grand Marché. Des discussions sont en cours pour savoir si cette expérience sera de nouveau tentée à l’été 2020, a-t-il fait savoir.   

Passe d’armes à l’hôtel de ville  

Lundi soir, l’enjeu de l’achalandage au Grand Marché a donné lieu à des échanges virulents en conseil municipal. «La clientèle touristique n’est pas au rendez-vous malgré que le maire avait promis des touristes. Qu’est-ce que son administration va faire pour régler le problème et livrer la marchandise?» s’est demandé le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin.   

Le maire a répliqué en disant ceci: «Peut-être que le chef de l’opposition n’aime pas le marché mais le problème, c’est que les gens de Québec adorent le marché. Pour un gars qui se pense branché sur la population, il est complètement déconnecté. Les producteurs font de bonnes affaires. On va laisser le chef de l’opposition dans ses chimères.»   

De son côté, la vice-présidente du comité exécutif, Marie-Josée Savard, a admis «qu’en janvier et février, il y a toujours une baisse d’achalandage. Peu importe où on va à Québec, c’est toujours un mois qui est plus mort».   

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée et de Stéphanie Martin