/opinion/columnists
Navigation

Les « blouses » de la surfacturation

Coup d'oeil sur cet article

L’anesthésiste Roupen Hatzakorzian est parvenu à facturer 54 000 $ en une seule semaine pour surveiller l’appareil d’oxygénation d’un patient. Combien de bains donnés et de couches changées dans nos CHSLD aurait pu payer ce cachet mirobolant ? 

Voulez-vous gager que ce docteur n’est même pas le champion ? Je suis sûr qu’il a de la compétition dans le domaine florissant de la surfacturation surréaliste chez les médecins spécialistes. 

Comment je sais qu’il n’est pas le seul ? L’impunité ! Puisque ces pratiques ne sont jamais punies, puisqu’elles respectent un accord (ridiculement favorable aux puissants médecins) conclu avec le gouvernement.

L’argent est là

Oui, vraiment, combien de gens en ce moment lisent cette chronique dans une couche sale, dans un CHSLD sordide, parce que la facturation créative des Drs Hatzakorzian et consorts accapare la manne ?

Ça me donne envie de voter pour Québec solidaire lorsque je vois une élite sans vergogne s’empiffrer du bien public au détriment des plus faibles ! Ma belle-mère s’est déjà fait grossièrement négliger dans un CHSLD et, comme toujours, on nous rétorquait : oui, mais on n’a pas d’argent pour payer des soignants ! Alors, pourquoi y a-t-il toujours des centaines de millions de dollars en réserve pour engraisser les médecins spécialistes ?

Commission Khadir

À quand une commission d’enquête pour faire la lumière sur ces pratiques ? Il me semble qu’Amir Khadir, lui-même médecin, ferait un excellent président pour dévoiler les abus délirants de ses collègues ! 

N’allez pas croire que le docteur Hatzakorzian a quelque chose à craindre ! Il n’aura jamais à rembourser ces 54 000 $. Sans doute pourra-t-il même continuer de faire la même chose. Qui a le pouvoir au Québec ? Apparemment, ce n’est pas François Legault. Ce ne sont pas ses ministres. Pour savoir qui décide, regardez plutôt du côté des blouses blanches ! L’anesthésiste dont je vous parle ici a apparemment le pouvoir d’endormir aussi la vigilance des gouvernants.