/misc
Navigation

Roger Stone condamné à 40 mois de prison: Trump utilisera-t-il son pardon?

Roger Stone condamné à 40 mois de prison: Trump utilisera-t-il son pardon?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La condamnation est tombée sur l’heure du midi: Roger Stone devrait purger une peine de prison de 40 mois. Devrait... 

Déjà, on ne sait pas à quel moment il se retrouvera derrière les barreaux. Stone et ses avocats revendiquent la tenue d’un nouveau procès, ce qui pourrait reporter le début de la peine. 

Aux démarches légales de Stone, il faut également ajouter les retombées possibles de la tragi-comédie liée aux interventions multiples du président Trump dans ce dossier. Incapable de se discipliner dans son utilisation de Twitter, Trump a même forcé son procureur général à faire une intervention publique.  

Tentant de préserver son indépendance et son intégrité, Barr a voulu être rassurant en enjoignant au président de cesser de s’exprimer publiquement sur la conduite des affaires judiciaires. Vous connaissez la suite: le président a redoublé d’ardeur et menti effrontément en tentant de discréditer le travail des enquêteurs et des tribunaux. 

À la relation tendue entre Trump et son procureur général s’ajoute la possibilité d’un nouveau pardon présidentiel. Comme il l’a déjà fait en évitant à Joe Arpaïo de mettre les pieds dans un cachot, Donald Trump pourrait venir à la rescousse du magouilleur professionnel. 

La plus récente fournée de pardons a démontré que Trump n’hésitait pas à alléger les sentences de ceux qui se livrent à la corruption. Pourquoi n’interviendrait-il pas pour aider celui qui a fait obstruction à la justice, a menti et a tenté de manipuler des témoins? 

Les Américains ont de bons motifs de s’inquiéter de l’état du pare-feu qui doit éviter les incursions de l’exécutif dans les affaires judiciaires. On serait ébranlé à moins. 

Je rappelle que Stone est le septième individu accusé et reconnu coupable dans la foulée du rapport Mueller. Les partisans du président peuvent bien s’égosiller à crier à la chasse aux sorcières, les sorcières sont nombreuses et ce n’est pas Mueller qui a prononcé les condamnations.  

Si on croit encore à l’application de la justice, à l’état de droit et à l’indépendance des tribunaux, on ne peut qu’être accablé par le nombre de proches du président ou de sa campagne qui écopent de peines de prison. 

Le fait que quatre procureurs fédéraux aient démissionné du dossier Stone après l’intervention du procureur général Barr et les inquiétudes soulevées depuis par plus de mille autres procureurs fédéraux devraient éveiller les consciences et sonner l’alerte. Enfin, dans une véritable démocratie.