/sports/opinion/columnists
Navigation

Big Don mérite le gagnant

Don Haynesworth
Photo courtoisie, Vincent Ethier / Eye of the Tiger Management Don Haynesworth veut affronter Simon Kean.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | Y a que dans la boxe que ces histoires tombent du ciel. Qu’elles vous enrichissent l’âme et vous ouvrent une sorte de monde parallèle où les hommes sont généreux et humbles. Ces hommes qu’on appelle les « journeymen » de la boxe.

C’est sûr que revenus dans le monde réel, quand les agents de collection ou les épouses les harcèlent pour des comptes impayés, ces stars d’une semaine retrouvent les vieux réflexes de la vie. Genre, va donc trouver ta mère, pis écœure-moi pas !

Mais à Rimouski, dans l’ambiance et le rituel d’une pesée de boxe, les « journeymen » ont droit à leur petite part de gloire.

Même les journeymen qui ne monteront pas dans le ring.

C’est le cas de Don Haynesworth, un solide poids lourd qui s’est battu en Chine contre Zhilei Zhang ou à New York contre Bryant Jennings. Oui, le même Jennings qu’Oscar Rivas est allé knocker au douzième round à Verona, il y a un an.

L’ARMÉE DE LA RÉSERVE

Je ne savais même pas qu’il était à Rimouski. D’ailleurs, à ma grande surprise, j’ai appris que Haynesworth était également au Centre Bell le 7 décembre dernier. Ben voyons donc, c’est quoi l’affaire ?

« Camille Estephan me fait signer un contrat à deux volets. Un pour que je sois le réserviste si jamais il arrive quelque chose à son finaliste. Le 7 décembre, j’étais là au cas où Sam Peters n’aurait pu se battre. À Rimouski, je suis venu au cas où Daniel Martz ne pouvait affronter Simon Kean », de répondre Haynesworth.

Il est gros, il est gentil comme un calinour du 91,9 et il aimerait tellement avoir sa chance. « J’apprécie la façon dont je suis traité, mais je trouve que je mérite de prendre le gagnant du combat entre Martz et Kean. J’ai payé mon dû, j’ai le droit d’avoir ma chance », de reprendre Big Don.

SE BATTRE EN CHINE... ET À RIMOUSKI

« Je compte quand même de gros noms à mon palmarès. Je me suis rendu en Chine affronter Zhilei Zhang. J’ai perdu, mais je n’ai pas eu peur. Même chose contre Bryant Jennings. Je fais une carrière honnête et à 37 ans, je me dis que j’ai encore trois bonnes années devant moi. Mais je n’ai pas de temps à perdre. »

Haynesworth est né dans la région de New York, mais vit maintenant à Greensboro, en Caroline du Nord. C’est là qu’il a livré plusieurs de ses derniers combats.

– Comment t’as trouvé Arslanbek Makhmudov ?

– Y est impressionnant. Il est vraiment grand et gros. Mais peut-il prendre un punch ? En tout cas, je l’essayerais...

Ça prenait une conclusion à cette belle histoire. Camille Estephan est venu jaser quelques minutes avec son boxeur suppléant. Je lui ai posé la question si Haynesworth n’avait pas mérité sa chance d’affronter Simon Kean s’il gagnait contre Martz.

« Haynesworth est dangereux. Il est expérimenté. Mais oui, il mérite d’affronter le gagnant », de répondre Estephan.

Cette finale commence à avoir plusieurs enjeux...

DANS LE CALEPIN – Je sortais de la salle à manger après le petit-déj hier matin. Le grand barbu m’a abordé poliment. Daniel Martz arrivait de courir dehors. « Merci pour l’article dans le journal. Mon patron du Ruby Tuesday était très fier même si on n’a pas trop compris ce que ça disait. »

Pareille gentillesse fait toujours chaud au cœur. Je me trouvais chanceux comme un chroniqueur de hockey qui rencontre Max Domi pour une petite jasette. Les gars et Chantale se peuvent plus tellement ils se trouvent chanceux...

S’cusez, vous étiez pas au courant pour Super Max ?

Évelyne et David à Rimouski

La perte de David Lemieux a fait mal au gala de Rimouski. Quand les fans ont appris que Lemieux s’était blessé à l’entraînement, ils l’ont avalé de travers. En fait, on était parti pour vendre 4500 tickets. La vente a ralenti pendant quelques jours, mais la profondeur de la carte et la présence de Simon Kean et d’Erik Bazinyan ont aidé l’équipe d’Éric Boucher et de l’Océanic.

Bonne nouvelle, Évelyne Morrisseau, une des patronnes de Vidéotron, sera à Rimouski avec David Lemieux. L’ancien champion du monde, habitué à Las Vegas et à New York, va rencontrer les fans au magasin SonXPlus qui propose les produits et services de Vidéotron. Y a une boutique semblable pas loin du Madison Square Garden à Manhattan. Si le 150, avenue Belzile n’est pas trop loin de l’Hôtel Rimouski, pas de problème. Sinon, fait frette sur le bord du fleuve...

Mais il était important pour Camille Estephan que David Lemieux soit à Rimouski et rencontre les fans. Qu’ils sachent que Lemieux respecte et aime les gens et que c’est la malchance qui le pourchasse depuis deux ou trois ans qui est la cause de cette annulation.

BAZINYAN... DE GROS COMBATS

Bazinyan a une confiance inébranlable en lui. Son adversaire Timo Laine de Helsinki, en Finlande, a la blondeur scandinave et, faut le dire, la politesse et la simplicité de ses compatriotes. C’est un bon boxeur, très résistant. Marc Ramsay a choisi Laine parce qu’il souhaite que Bazinyan soit confronté à différents problèmes dans le ring. On est en train de le préparer pour un combat de championnat du monde d’ici un an ou deux tout au plus.

Les gens sont intéressés également par le combat entre Sébastien Roy de Thetford Mines et Flavio Michel. Je vous parlerai davantage demain de ce gaillard qui est né et a grandi à Montréal et qui boxe pour Melanie Lubovac, à Edmonton.

Leïla Beaudoin va assommer sa pauvre Mexicaine en deux rounds et mon nouveau favori Thomas Chabot va se frotter à un autre Mexicain d’Acapulco. S’il est aussi spectaculaire qu’à son premier combat, les gens ne s’ennuieront pas. Y a aussi Nurzat, Mathieu, Hubert et Artem et leurs adversaires...

Ouf ! Grosse soirée !