/sports/hockey
Navigation

Bobby Ryan lève le voile sur son alcoolisme

HKN-SPO-HKO-NEW-YORK-RANGERS-V-OTTAWA-SENATORS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant des Sénateurs d’Ottawa Bobby Ryan a révélé, vendredi, que c’est un problème de dépendance à l’alcool qui le tient à l’écart des patinoires de la Ligue nationale de hockey (LNH) depuis le mois de novembre.  

À un peu plus de 24 heures du duel contre le Canadien de Montréal, l’athlète de 32 ans s’est entretenu avec les médias pour la première fois depuis que la formation de la capitale fédérale a indiqué qu’il s’était joint au programme de soutien de la LNH. À l’époque, l’équipe n’avait pas précisé les raisons de l’adhésion de son patineur.  

«Je vais très bien, a affirmé Ryan, cité par le quotidien Ottawa Sun. Depuis décembre, j’ai retrouvé certaines capacités et elles s’améliorent progressivement. Je vais vraiment bien. Cela a parfois été éprouvant, mais tout le monde m’a démontré du soutien. Ma guérison a été un processus et un apprentissage, ça, c’est sûr. J’ai parcouru un long chemin et j’ai juste appris à m’améliorer un peu chaque jour.»  

Difficile de demander de l’aide  

Ryan a révélé qu’il souffrait d’un problème d’alcoolisme depuis longtemps et qu’il a longtemps essayé de s’en sortir par lui-même.  

«C’est une chose avec laquelle je me battais depuis longtemps, a dit l’ancien deuxième choix au total du repêchage de 2005. J’ai essayé seul et j’avais déjà été chercher de l’aide. Ce que je faisais n’était pas suffisant. Je faisais les choses de la mauvaise façon. Je pouvais passer 20 jours [sans boire] et avoir une très mauvaise journée.»  

«Il y a beaucoup de stigmatisation quand tu demandes de l’aide et j’essayais simplement de m’en sortir, a poursuivi Ryan. J’ai fait ça pour un bon moment et j’ai finalement fait ce qu’on peut appeler une crise de panique. C’était plutôt une prise de conscience que la route que j’empruntais n’allait pas bien se finir. Ce n’était pas seulement professionnel, mais personnel. Je ne voulais pas continuer de faire ça. Il y a eu beaucoup de moments où je me suis réveillé le matin envahi par la culpabilité et la honte. Je me disais que j’allais le faire. Je restais sobre 12 jours, je gâchais ça de nouveau.»  

Le bon choix  

Avec le recul, Ryan est maintenant conscient qu’il avait besoin de se sortir de sa routine pour pouvoir s’en sortir.  

«Je devais simplement apprendre où amorcer mon processus, a-t-il dit. Je n’avais pas peur de passer à côté de quelque chose ou de ne pas boire. Le problème, pour moi, était d’arrêter. Malheureusement, je n’avais jamais eu de périodes, dans ma vie, où les gens autour de moi étaient là pour m’aider à vraiment arrêter. Il a fallu que j’aille quelque part pour comprendre cela et me donner une période sèche pour commencer.»  

«C’était très bénéfique pour moi. Cela m’a énormément aidé. Aussi difficile que ce soit à gérer, je suis extrêmement heureux de l’avoir fait.»  

Maintenant Ryan veut revenir à l’action, lui qui n’a pas joué depuis le 16 novembre. La date de son retour n’est toujours pas connue, mais ça devrait avoir lieu dans les prochaines semaines. En 16 parties en 2019-2020, l’Américain a touché la cible une fois et fourni trois mentions d’aide.