/opinion/columnists
Navigation

Encore des ratés

Coup d'oeil sur cet article

Au lieu de lancer des appels au calme sur la place publique, le maire Labeaume devrait se montrer plus sensible aux inquiétudes relatives au passage du tramway et prendre les devants.

• À lire aussi: Tramway: Le maire appelle au calme à l’école De Rochebelle

Plutôt que de faire preuve d’ouverture et de jouer la carte de l’écoute, le maire Labeaume a répondu hier aux craintes de Christian Pleau, directeur général de la Commission scolaire des Découvreurs... en dénonçant la sortie de ce dernier dans les médias. 

Sarcastique, le maire l’a presque accusé d’agir en irresponsable. En fait, M. Labeaume paraissait plus frustré que M. Pleau n’ait pas gardé le silence, que soucieux de trouver la meilleure solution pour tous. 

Or, n’en déplaise au maire, dans l’incertitude, M. Pleau a toutes les raisons de s’inquiéter du possible passage du tramway sur les terrains de l’école secondaire De Rochebelle. Il n’a pas non plus à se taire, alors que la Ville ne s’est même pas donné la peine de le rassurer en amont. 

Les échanges administratifs ne sont pas suffisants dans ce genre de situation, quand on veut s’assurer de bien communiquer.

Élus proactifs 

Ainsi, pour des zones sensibles en lien avec le tracé du tramway, qui peuvent porter à interprétation et susciter de l’inquiétude, les élus auraient tout avantage à être proactifs. Ils devraient anticiper les coups et les questions, plutôt que de passer leur temps à réparer les pots cassés. 

Ça n’aurait pas demandé tellement de temps à Rémy Normand, vice-président du comité exécutif et président du RTC, de lâcher un coup de fil au directeur de la commission scolaire pour le rassurer.

Il aurait pu lui dire qu’il y aurait des rencontres et des discussions relativement aux changements anticipés, et que tout était loin d’être arrêté. Dans un tel cas, M. Pleau et son organisation se seraient sentis impliqués et auraient attendu la suite des choses en toute confiance.

À l’heure où la Ville se fait presser par le gouvernement du Québec de mieux communiquer son projet, le moment est bien mal choisi pour baisser ainsi la garde et manquer de prudence. 

Mais avec ses airs hautains, à la limite de l’insolence, M. Normand se pense sans doute au-dessus de ce genre de récrimination. Et pourtant, il en va de l’acceptabilité sociale envers le projet, un élément des plus crucial.