/news/society
Navigation

Miel de Chez-nous: 50 ans à combler les dents sucrées

L’entreprise familiale de production de miel a été un des lieux de tournage de la série québécoise Terre humaine

Miel de Chez-nous
Photo Courtoisie / Simon Dessureault Le panneau d’accueil à l’entreprise Miel de Chez-nous à Sainte-Mélanie.

Coup d'oeil sur cet article

Ils existent depuis des décennies, ils sont choyés par leur communauté ou l’ont marquée à travers les années. Des petits commerces de partout au Québec font la fierté de leur région. Le Journal vous présente le portrait de quelques-uns d’entre eux.  


SAINTE-MÉLANIE | Une famille d’apiculteurs de père en fille dans Lanaudière, dont la terre a servi de lieu de tournage pour un emblématique téléroman des années 1980, fait le régal d’amateurs de miel depuis 50 ans.  

En vous promenant sur les dix arpents où se situe l’entreprise familiale Miel de Chez-nous à Sainte-Mélanie, près de Joliette, vous pourriez reconnaître des paysages bucoliques de Terre humaine. C’est là que Jean Duceppe a incarné Pépère dans quelques scènes du populaire téléroman diffusé de 1978 à 1984 qui relate les péripéties d’une famille de cultivateurs.  

«C’est un souvenir lointain, mais on a des photos de Jean Duceppe avec mon père qui sont affichées ici», a expliqué Suzanne Scultéty, qui a repris les rênes de l’entreprise familiale en 1993, à la suite du décès de son père Paul Scultéty. Ce dernier a fondé l’entreprise en 1969.  

«Mon père a commencé à avoir des ruches alors que je n’avais même pas 1 an, a raconté la femme de 52 ans qui fait des démonstrations d’extraction de miel en rendant ses ruches accessibles à sa clientèle. Je m’étais fait piquer par une abeille, alors il m’a acheté un habit d’apicultrice et j’ai fait ça toute ma vie.»  

Suzanne Scultéty et son mari Jean-François Letarte, les propriétaires de Miel de Chez-nous à Sainte-Mélanie, sont à la caisse de l’entreprise familiale qui grandit depuis 50 ans.
Photo Courtoisie / Simon Dessureault
Suzanne Scultéty et son mari Jean-François Letarte, les propriétaires de Miel de Chez-nous à Sainte-Mélanie, sont à la caisse de l’entreprise familiale qui grandit depuis 50 ans.

Jean-François Letarte, le mari de Mme Scultéty, est aussi tombé en amour avec l’apiculture, même s’il n’était pas du tout prédestiné à cela.  

«J’ai étudié en débosselage automobile pour finalement me retrouver dans les bébittes, a ironisé l’homme de 54 ans, alors qu’il a rencontré sa future femme à l’âge de 18 ans. Mais j’ai un côté entrepreneur et je trouve ça fascinant de voir le développement des abeilles.»  

Avec les années, le couple a évidemment quelques anecdotes à raconter à leurs visiteurs, dont une qui peut sembler un brin clichée.  

Au printemps 2004, un gros ours brun a fait irruption sur leur terrain dans le but de se goinfrer dans le miel.  

«Il a renversé une quarantaine de ruches et c’est finalement un chasseur qu’on connaît qui l’a tué, se souvient Jean-François Letarte. On a obtenu le droit de garder l’animal à la suite de nombreuses démarches auprès de la faune.»  

Winnie l'ourson est maintenant empaillé dans une petite maison transformée en «musée» de l’entreprise accessible à la clientèle.  

DES CLIENTS FIDÈLES  

Pierrette Chevrette, 69 ans, a bien connu le père de Suzanne lorsqu’elle habitait à Saint-Ambroise-de-Kildare, petite municipalité située à 10 minutes en voiture de Sainte-Mélanie. Elle est toujours une cliente fidèle, cinq décennies plus tard.  

«Le père de Suzanne collectionnait des chaudières en métal parce que c’était livré avec des chaudières en métal à cette époque», s’est-elle remémorée.  

«Je fais 45 minutes de route au moins cinq, six fois par année pour venir acheter mon miel ici parce que j’ai la dent sucrée et c’est 100% naturel, a raconté la dame qui vit maintenant à Saint-Alexis et dont les produits préférés sont le miel de trèfle (plus doux) et le miel d’amour (plus crémeux). Quand on vient ici, on visite des amis de longue date.»  

Suzanne Scultéty et son mari Jean-François Letarte, les propriétaires de Miel de Chez-nous à Sainte-Mélanie, avec leur habit d’apiculteur dans leur ruche accessible à leur clientèle.
Photo Courtoisie / Simon Dessureault
Suzanne Scultéty et son mari Jean-François Letarte, les propriétaires de Miel de Chez-nous à Sainte-Mélanie, avec leur habit d’apiculteur dans leur ruche accessible à leur clientèle.

DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION  

Sa fille Lyne Pelletier perpétue d’ailleurs la tradition familiale en achetant régulièrement à Miel de Chez-nous.  

«C’est de génération en génération dans notre famille, car les enfants de mes frères mangent le miel d’ici», a raconté la dame de 45 ans qui vit à Sainte-Marcelline-de-Kildare, située également à 10 min en voiture de Sainte-Mélanie.  

Le Journal a également croisé Yves Provençal lors de son passage à Miel de Chez-nous, alors que ce dernier venait souvent avec ses quatre enfants lorsqu’il demeurait à Sainte-Mélanie.   

«Mes enfants continuent à venir souvent parce qu’il n’y en a pas de miel meilleur, a dit celui qui venait de parcourir 50 minutes de route de Repentigny, avec son épouse pour acheter une chaudière de 5 livres de miel de sarrasin, notamment. Ça fait 15 ans que je viens ici.»  

Le terrain de Miel de Chez-nous comprend également une petite fermette pour les visiteurs avec un lama, un mouton, des poneys, un faisan argenté, une dinde sauvage et des poules. Il y a également un safari où les visiteurs peuvent voir les ruches et entendre le son des milliers d’abeilles.