/world/usa
Navigation

Sanders dénonce l’ingérence de Moscou, qui chercherait à le favoriser

Sanders dénonce l’ingérence de Moscou, qui chercherait à le favoriser
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat à la primaire démocrate Bernie Sanders, actuellement en tête des sondages, a dénoncé vendredi l’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine après des informations du Washington Post sur un soutien de Moscou à sa candidature.  

• À lire aussi: La campagne démocrate s’emballe dans le Nevada, Sanders en favori  

Selon le journal, des responsables américains ont informé le candidat d’interférences de Moscou en sa faveur. Des élus du Congrès ont aussi été briefés par les services de renseignement sur ces interventions supposées de Moscou, selon le Washington Post qui a le premier révélé ces faits vendredi. 

« Franchement, je me moque de savoir qui Poutine veut comme président. Mon message à Poutine est clair: restez à l’écart des élections américaines et lorsque je serai président, je m’en assurerai », a réagi Bernie Sanders dans un communiqué. 

« En 2016, la Russie a utilisé la propagande sur internet pour semer la division dans notre pays, et je comprends qu’ils recommencent en 2020 », a-t-il ajouté. 

Les révélations sur une nouvelle ingérence russe dans les élections, via une manipulation de messages sur les réseaux sociaux, se multiplient depuis deux jours aux États-Unis. 

Les services de renseignement américains ont ainsi également informé des élus du Congrès que Moscou cherchait, comme en 2016, à favoriser la victoire du président républicain Donald Trump. 

Aucun lien n’était formellement établi vendredi entre les tentatives supposées d’ingérence en faveur de Donald Trump et de Bernie Sanders. Beaucoup d’analystes estiment qu’une nomination de Bernie Sanders pourrait aider Donald Trump, car son programme est très marqué à gauche et il serait de ce fait moins susceptible de rassembler largement les électeurs que d’autres candidats plus centristes. 

Les démocrates ont entamé au début du mois le long processus des primaires qui doit permettre de désigner leur candidat à la présidentielle du 3 novembre. Le troisième acte de ces primaires se tient samedi dans l’État du Nevada. 

Lors de l’élection de 2016, les agences de renseignement américaines avaient conclu que la Russie avait cherché à s’ingérer dans le processus au détriment de la démocrate Hillary Clinton. Cela avait été ensuite confirmé par l’enquête judiciaire du procureur spécial Robert Mueller. 

En revanche, Robert Mueller avait estimé qu’il n’y avait pas de connivence entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump.