/news/politics
Navigation

17e jour de la crise des blocus: Solidaires devant le projet de gazoduc

Les chefs héréditaires de la nation wet’suwet’en se sont rendus à Kahnawake pour proposer une alliance

Coup d'oeil sur cet article

Les chefs héréditaires wet’suwet’en ont rendu visite samedi à leurs homologues mohawks de Kahnawake pour leur proposer une alliance dans leur contestation d’un projet de gazoduc.  

• À lire aussi: Blocus ferroviaires: «les barricades doivent tomber», dit Trudeau  

• À lire aussi: Manifestation d’appui aux chefs héréditaires Wet’suwet’en dans les rues de Montréal  

• À lire aussi: Fin du blocus ferroviaire à L’Isle-Verte  

• À lire aussi: Blocus ferroviaire: fin de siège à Saint-Lambert  

«Il a été question d’une rencontre lundi [avec le gouvernement fédéral], mais je crois que [sa] sortie médiatique a pris toute la place dans le dossier. Donc, il y aura des téléphones à faire», a souligné samedi le chef Woos, aussi appelé Frank Alec, lors d’un point de presse à Kahnawake.   

Les cinq chefs héréditaires wet’suwet’en ont fait le déplacement jusqu’au Québec par respect pour l’érection d’une barricade sur les rails du Canadien Pacifique sur la réserve.   

Le chef héréditaire de Wet’suwet’en Woos, aussi appelé Frank Alec (gauche), s’est déplacé à Kahnawake samedi pour s’adresser aux médias lors d’un point de presse.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Le chef héréditaire de Wet’suwet’en Woos, aussi appelé Frank Alec (gauche), s’est déplacé à Kahnawake samedi pour s’adresser aux médias lors d’un point de presse.

«Ils nous ont remerciés pour notre appui et ont proposé de former une alliance avec les Mohawks», a expliqué en soirée Kenneth Deer, secrétaire de la branche de Kahnawake de la nation mohawk.   

Cette visite est survenue au lendemain de l’appel à la levée des barricades faite par le premier ministre Justin Trudeau.    

Des discussions ont notamment eu lieu à la Maison longue de la nation mohawk exclusivement entre les gens de la réserve et les Wet’suwet’en, en cette 17e journée de blocus ferroviaire.   

En soirée, les invités ont eu droit à une visite des installations sur la voie ferrée, sans la présence de journalistes.   

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Plusieurs blocus  

Depuis plus de deux semaines, plusieurs barrages sont érigés un peu partout sur le réseau ferroviaire du pays empêchant le transport de ressources.   

Les chefs héréditaires wet’suwet’en réclament l’abandon du projet de gazoduc Coastal GasLink qui traverse leur territoire ancestral, en attendant d’éventuels pourparlers avec le gouvernement.    

Ils demandent également à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de quitter leurs terres.   

Si les trains ont recommencé à circuler à Saint-Lambert et à L’Isle-Verte samedi où les barrages ont été levés, il en va autrement ailleurs.   

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Problèmes  

Des manifestations ont eu lieu à Mashteuiatsh et à L’Anse-Saint-Jean, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, ainsi qu’à Toronto, en Ontario.   

Outre le barrage de Kahnawake, la voie ferroviaire est aussi bloquée à Listuguj, en Gaspésie et à Tyendinaga en Ontario.   

D’ailleurs, la chef régionale ontarienne à l’Assemblée des Premières Nations, RoseAnne Archibald, estime que le premier ministre a abandonné les Premières Nations, en plus de mettre leur vie en danger.   

«Je soutiens de tout cœur les chefs héréditaires des Wet’suwet’en dans leur appel au retrait de la GRC de leur territoire traditionnel afin qu’une véritable discussion de nation à nation ait lieu», a-t-elle soutenu.   

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Elle a ajouté que la seule voie vers une résolution pacifique serait celle où «le gouvernement fédéral [tiendrait] compte des demandes formulées par les chefs héréditaires».   

– Avec l’Agence QMI  

Ce qu'ils ont dit    

«Il y a une grosse différence entre les désagréments [causés par les protestataires] et l’injustice subie par les peuples autochtones. Ne confondez pas l’un avec l’autre.»  

– Frank Alec, chef Woos  

«Nous demeurons ouverts au dialogue, mais nous attendons que le leadership autochtone montre qu’il comprend aussi que la responsabilité est sur eux.»  

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada  

«Le premier ministre Trudeau a abandonné les Premières Nations et nos protecteurs des terres et a mis nos vies en danger dans ses dernières déclarations avertissant qu’il incombe désormais aux dirigeants autochtones de mettre fin au blocus.»  

– RoseAnne Archibald, chef régionale ontarienne, à l’Assemblée des Premières Nations  


Le service de VIA Rail devrait normalement reprendre demain sur toutes les routes entre Québec, Montréal et Ottawa.