/sports/hockey/canadiens
Navigation

Les quatre plus beaux moments de Kovalchuk à Montréal

Les quatre plus beaux moments de Kovalchuk à Montréal
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Bien que son passage avec le Canadien ait été de courte durée, les partisans montréalais garderont de précieux souvenirs d’Ilya Kovalchuk, échangé tout récemment aux Capitals de Washington. 

• À lire aussi: Ilya Kovalchuk échangé aux Capitals 

Le Russe de 36 ans a rapidement été adopté par les Québécois et il a partagé, avec eux, de grands moments dans l’uniforme tricolore. En voici quatre. 

1- Un premier but et une explosion de joie 

«Kovy» s'est assuré qu'on se souvienne longtemps de son premier but avec le CH, marqué lors de son quatrième match au sein de l'équipe. 

Le franc-tireur a fait preuve de patience avant de battre le gardien Marcus Hogberg d’un tir précis pour donner la victoire aux siens en prolongation, contre les Sénateurs d'Ottawa. La célébration qui s’en est suivie fut mémorable. 

2- «Shhhhh...» 

Hué toute la soirée par les partisans des Devils du New Jersey, qui n’ont pas oublié son départ pour la Russie à l’époque, Kovalchuk a eu le dernier mot en tirs de barrage. Après avoir habilement déjoué le gardien Louis Domingue, l’attaquant a fait signe à la foule de se taire, un geste qui semble même avoir inspiré l’espoir du CH Cole Caufield. 

3- Plaisir fou dans la tempête 

Alors que le Québec était aux prises avec une tempête de neige, Kovalchuk a charmé les habitants de la Belle Province en publiant une vidéo sur Instagram dans laquelle on le voit prendre un plaisir fou à déjouer ses deux fils sur une patinoire extérieure de Verdun. La publication s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. 

4- Devant sa famille 

La famille de Kovalchuk venait de débarquer à Montréal pour voir le numéro 17 à l’œuvre contre les Maple Leafs de Toronto. 

Les deux fils de «Kovy» ont eu droit à un moment magique en prolongation lorsqu’ils ont vu leur papa trancher le débat en sautant sur le retour de Nick Suzuki. 

Extatique, Kovalchuk a célébré en pointant sa famille dans la foule. 

C’est à ce moment précis que la folie Kovalchuk a atteint son paroxysme. L’idée de conserver l’attaquant plutôt que de l’échanger était plus populaire que jamais. L’arrivée du Russe avait mis un baume sur le cœur des partisans du CH, qui vivaient jusqu’ici une saison plutôt difficile.