/news/politics
Navigation

19 personnes sont arrêtées à Sherbrooke

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Dix-neuf manifestants masqués ont été arrêtés à Sherbrooke mardi après-midi, après avoir bloqué une voie ferrée en appui aux Autochtones.

• À lire aussi: De nouveaux blocus malgré le démantèlement à Tyendinaga

« Ils contreviennent au Code criminel en commettant des méfaits puisque deux compagnies ferroviaires ont porté plainte [elles n’ont pas pu livrer leurs marchandises] », a précisé le porte-parole de la police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Les manifestants ont bloqué les deux chemins de fer qui se trouvaient sur la rue Samuel-Gratham, dans le secteur de Lennoxville, vers 9 h. 

Ils n’ont pas voulu s’adresser aux médias pour expliquer leur geste, mais ont remis des dépliants sur lesquels on pouvait lire : « Nous sommes mobilisés pour dénoncer les injustices à l’égard des nations Wet’suwet’en ».

bonshommes de neige

Les protestataires ont installé des palettes de bois et du matériel de camping sur les rails. Tout s’est fait dans le calme et il n’y a eu aucun débordement. Ils ont aussi eu le temps de faire des bonshommes de neige sur une voie ferrée.

En soutien à leur cause, certaines personnes voulaient leur apporter de la nourriture et des vêtements chauds, mais la police a refusé qu’on leur remette.

Le campement n’était pas situé en territoire autochtone, contrairement à d’autres barrages érigés un peu partout au pays depuis quelques semaines. 

Les manifestants ont quitté les lieux après leur arrestation vers 15 h. 

« Ils ont été libérés avec promesse de comparaître [le 22 avril] et le dossier a été soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales pour analyse. Ils pourraient écoper d’amendes ou être incarcérés, cela va dépendre de la valeur qui se trouvait sur les wagons », a indiqué M. Carrier.

Selon nos informations, la plupart des manifestants ne seraient pas d’origine autochtone.