/misc
Navigation

De Bill Cosby à Jean Vanier

Coup d'oeil sur cet article

Il n’existe aucune relation entre ces deux immenses personnalités, si ce n’est le désenchantement universel que leur chute a entraîné.

Il y a quelques années, la chute de Bill Cosby a plongé dans la stupeur tous les Noirs dont il était l’idole depuis un demi-siècle. Celle de Jean Vanier, qu’on a apprise le week-end dernier, risque de porter un dur coup à une religion catholique déjà fort malmenée par les scandales sexuels qui surgissent aux quatre coins du monde.

Fort de son exceptionnelle carrière à la télévision et au cinéma, Cosby s’était fait le promoteur de l’éducation des Noirs et un ardent défenseur des valeurs familiales traditionnelles. Non seulement il prêchait personnellement ces valeurs haut et fort, mais son émission culte, The Cosby Show, en était tout imprégnée. 

Quand Cosby parlait d’enseignement, il ne pouvait être plus crédible, lui qui détenait un doctorat en éducation de l’Université d’Amherst au Massachusetts. Il n’était pas seulement le père de cinq enfants, mais celui de millions de jeunes qui souhaitaient suivre ses traces. Rares sont les Américains ayant reçu de leur vivant autant de marques de reconnaissance que Cosby. On estime que 70 universités, collèges et institutions lui ont décerné des diplômes ou des doctorats honorifiques.

PRÊCHER PAR L’EXEMPLE

Personnalité bien différente, Jean Vanier, lui, a prêché par l’exemple et par ses écrits. Après avoir servi dans la marine (comme Bill Cosby, d’ailleurs), Vanier étudie la théologie et la philosophie. Il termine une thèse de doctorat sur l’éthique d’Aristote, puis enseigne la philo à l’Université de Toronto durant un cycle.

À son retour en Europe, il visite un asile psychiatrique. Touché par le traitement affreux qu’on réserve aux malades mentaux, il en ramène deux vivre avec lui dans une modeste maison de Trosly, en Picardie. Elle devient le berceau de l’Arche, une œuvre qui accueille les handicapés mentaux et compte maintenant plus de 145 maisons sur cinq continents, dont huit au Québec.

Comme Bill Cosby, Jean Vanier a été couvert d’honneurs. Il est commandeur de la Légion d’honneur, Compagnon de l’Ordre du Canada, grand officier de l’Ordre du Québec. Des centaines de rues et d’institutions portent son nom et il fit partie plusieurs années de la courte liste du prix Nobel de la paix.

MA RENCONTRE AVEC JEAN VANIER

C’est à Trosly que j’ai rencontré Jean Vanier pour la dernière fois, il y a six ans. J’avais passé une journée entière avec lui afin de rédiger une entrevue pour notre Journal. J’avais été frappé une fois de plus par la sérénité et la chaleur de cet homme animé d’une foi en Dieu hors du commun. Quand je lui ai dit qu’après sa mort, on instruirait sûrement sa cause en béatification, il m’a répondu sans hésitation : « Lorsqu’on saura tout sur moi, on retirera la cause bien vite ! » Il n’aurait su mieux dire.

Maintenant, on sait tout sur lui. On en sait même beaucoup plus qu’on aurait pu imaginer. Quant à moi, j’en viens à la conclusion que les grands moralisateurs comme Bill Cosby et les immenses mystiques comme Jean Vanier ont tous une faille à la mesure de leur stature. 

Ce qui plus est, elle est presque toujours de nature sexuelle. Des dizaines de femmes peuvent désormais en attester.