/investigations/taxes
Navigation

Encore des millions de Québec pour une firme du cofondateur de la CAQ Charles Sirois

Le gouvernement a octroyé 5 M$ à une entreprise du milliardaire

Sirois
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés L’homme d’affaires Charles Sirois en entrevue à Québec en 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Québec vient à nouveau en aide à une entreprise appartenant au milliardaire Charles Sirois, cofondateur de la CAQ et ami de François Legault. Investissement Québec mise 5 millions $ dans une autre de ses firmes en développement. 

L’État québécois a pris à la fin janvier une participation directe de 5 millions $ dans Transmission CVTCORP, une entreprise de Sainte-Julie, sur la Rive-Sud de Montréal, pour l’aider à maximiser sa capacité de production. 

Cette firme produit des transmissions de type CVT pour des véhicules agricoles et de construction. 

L’entreprise a comme premier actionnaire Télésystème Ltée, une entreprise appartenant à Charles Sirois et à son fils François-Charles. 

Charles Sirois, qui a cofondé la Coalition Avenir Québec (CAQ) en 2011 avec François Legault, a été nommé administrateur de CVTCORP en 2014. Son fils François-Charles lui a depuis succédé au conseil d’administration.  

Dans un communiqué daté de la fin janvier, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, expliquait vouloir donner un coup de pouce au secteur manufacturier avec ce financement. 

En entrevue téléphonique la semaine dernière, le patron de CVTCORP, Daniel Girard, nous a indiqué que son entreprise n’était pas encore rentable et que le financement auprès des banques traditionnelles était difficile.  

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé (à gauche), était accompagné du patron de CVTCORP, Daniel Girard (à sa droite), lors d’une visite aux installations de l’entreprise le 24 janvier. À droite d’eux, il n’a pas été possible d’identifier les deux personnes.
Photo tirée de Facebook
Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé (à gauche), était accompagné du patron de CVTCORP, Daniel Girard (à sa droite), lors d’une visite aux installations de l’entreprise le 24 janvier. À droite d’eux, il n’a pas été possible d’identifier les deux personnes.

L’argent de Québec servira à financer en partie une gamme de produits développée avec une compagnie italienne. 

Moins énergivore 

Selon lui, un des avantages des transmissions CVT est qu’on peut réduire la taille du moteur d’un véhicule et donc consommer moins d’essence. La transmission CVT remplace la boîte de vitesse traditionnelle dans un véhicule. Elle permet, en théorie, des variations de vitesse plus souples et réduit le risque d’usure prématurée. 

Parmi les autres actionnaires de CVT, on trouve aussi une autre compagnie dirigée par Charles Sirois et la Caisse de dépôt et placement du Québec. 

Les deux dernières semaines ont été fastes en argent public pour l’homme d’affaires et ami de François Legault Charles Sirois. 

Non seulement Québec a-t-il financé CVTCORP à la fin janvier, il a aussi prêté 5 millions $ à l’hôtel de luxe le Château Mont-Sainte-Anne, situé près de Québec, et dont M. Sirois est copropriétaire. 

Un autre projet 

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a également reconnu qu’il envisageait de réinvestir dans le projet North Star de Charles Sirois, un ambitieux projet de satellites qui a déjà reçu un financement de 13 millions $ de Québec en 2018 quand les libéraux étaient au pouvoir. 

Investissement Québec, le bras investisseur du gouvernement, a dévoilé il y a quelques semaines une nouvelle philosophie qui consiste à vouloir prendre davantage de risques avec l’argent des contribuables.  

Un porte-parole du ministre de l’Économie, Mathieu St-Amand, nous a indiqué hier que la décision d’octroyer le prêt avait été prise en octobre dernier et qu’il n’y avait pas eu de lobbyisme de l’entreprise pour ce projet. 

Un des bras droits de Sirois fait du lobbyisme 

Une autre entreprise du milliardaire Charles Sirois fait actuellement du lobbyisme auprès d’élus de l’Est-du-Québec pour éviter que l’on remette en question son modèle d’affaires. 

Pangea Terres Agricoles a renouvelé à la fin décembre un mandat visant à faire en sorte qu’aucune mesure ou réglementation gouvernementales ne soit prise à son encontre. 

Serge Fortin, un ancien bras droit de Charles Sirois chez Téléglobe et associé dans Pangea, apparaît notamment dans les lobbyistes pour l’entreprise.  

Charles Sirois lui-même n’y figure pas. 

Pangea, financée en partie par la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ, a acquis depuis 2012 près de 6000 hectares de terres agricoles au Québec.  

Elle les développe en s’associant avec des producteurs locaux. 

Modèle critiqué 

Son modèle a fait l’objet de critiques dans le passé. On lui reproche de faire monter le prix des terres pour les agriculteurs. 

Ce sont surtout des élus du Bas-Saint-Laurent et du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui sont ciblés par les sept lobbyistes de l’entreprise, en plus du ministère des Finances et du ministère de l’Agriculture. 

En 2018, Pangea disait vouloir acquérir un total de 20 000 hectares au Québec destinés principalement à la culture des céréales et des oléagineux.