/news/provincial
Navigation

Labeaume va multiplier les vidéos explicatives

Une compagne de communication pour le tramway

regis labeaume
Capture d’écran Il faut s’attendre à d’autres vidéos publicitaires du maire Labeaume sur le tramway.

Coup d'oeil sur cet article

Les deux vidéos enregistrées par Régis Labeaume seront bientôt suivies par d’autres capsules qui s’inscrivent dans le cadre d’une vaste campagne de communication pour promouvoir le tramway.

« On fait juste commencer. Les gens voulaient qu’on communique, on va communiquer. Les gens voulaient que je m’implique, je vais m’impliquer [...] On a un plan », a insisté le maire de Québec, mercredi.

Lancée mardi, la campagne publicitaire est une idée du Service des communications de la Ville qui a réalisé les deux premières vidéos à l’interne au coût de 15 000 $.

 

« On va répondre à tout ce qu’on entend de faussetés. Il y a des gens qui répandent toutes sortes de faussetés », a ajouté le maire. 

La neige    

Dans une des vidéos, M. Labeaume assure qu’un tramway « fonctionne en hiver » en prenant l’exemple de Helsinki (Finlande) et de Stockholm (Suède). La comparaison tient-elle vraiment la route sachant que ces villes reçoivent beaucoup moins de neige que Québec ?« C’est pas une accumulation sur une année qui est importante. C’est une accumulation sur une journée, a répondu le maire. On parle d’une bordée de neige. Est-ce que ça bloque le tramway ? C’est ça la question. »

  

Invité à commenter les deux publicités, le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a dit avoir « bien ri » en les regardant.

« Les petites capsules animées, on a trouvé ça drôle au cabinet, s’est-il moqué. Le maire prend deux exemples – Stockholm et Helsinki – où il neige à peu près 30 centimètres par année. C’est incomparable avec les hivers rigoureux qu’on a à Québec. C’est drôle. C’est animé. Mais c’est pas ça de la communication. C’est pas ça de l’information. »

        

Processus environnemental

D’autre part, le maire de Québec a indiqué que l’essentiel des 70 employés du bureau de projet du réseau structurant s’affairent à répondre, le plus rapidement possible, aux 147 questions posées par le ministère de l’Environnement au sujet du tramway.     

« On a toujours la même cible pour le BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement), a-t-il assuré. On est toujours sur la mi-juin [2020]. »    

Or, Jean-François Gosselin ne croit pas que ces délais puissent tenir. « Le projet est loin d’être ficelé, a-t-il réitéré. Les coûts ne sont même pas ventilés. Je ne vois pas comment c’est possible qu’on aille avec le BAPE d’ici quelques semaines ou quelques mois. Il y a beaucoup de travail à faire avec les 147 questions du gouvernement. »