/news/currentevents
Navigation

Décès soudain et tragique d’un jeune athlète de 15 ans de Lévis

Émile Parent, 15 ans, était adepte de CrossFit

Émile Parent
Photo courtoisie Émile Parent s’entraînant.

Coup d'oeil sur cet article

Le décès soudain et tragique d’un jeune passionné de CrossFit de Lévis ébranle sa communauté sportive et laisse un grand vide dans le cœur de ses proches.  

Émile Parent, 15 ans, a été trouvé inanimé dans son lit par sa mère vendredi matin. Le jeune homme, qui souffrait d’épilepsie, est décédé subitement durant la nuit.     

«Pour le moment, on ne peut pas dire si c’est une crise qui l’a tué, ça ne laisse pas de traces, l’épilepsie», explique sa mère Marie-Michèle Plante.     

La thèse du malaise cardiaque a déjà été écartée, mais seuls des examens pathologiques plus poussés permettront de déterminer ce qui a causé le décès.       

Émile avait seulement 11 mois lorsqu’il a fait une première crise d’épilepsie.      

Émile et sa mère.
Photo courtoisie
Émile et sa mère.

«J’ai failli le perdre. Je croyais, à ce moment-là, que c’était la pire affaire qu’une mère pouvait voir», confie-t-elle.     

Le diagnostic est tombé à l’âge de trois ans. Il faisait encore des crises nocturnes, mais celles-ci étaient suivies et traitées.     

Le parcours scolaire d’Émile a été parsemé d’embûches en raison de sa maladie, relate sa mère. Il souffrait notamment d’un déficit d’attention et de dyspraxie motrice.      

«C’était un persévérant et un petit bonhomme souriant, tout le monde l’appelait Monsieur Émile», témoigne la mère, la voix nouée par l’émotion.     

Marie-Michèle Plante et un poids de 50 livres que son fils utilisait couramment.
Photo Jean-François Desgagnés
Marie-Michèle Plante et un poids de 50 livres que son fils utilisait couramment.

Une passion commune  

Le duo mère-fils était uni par une passion commune, celle du CrossFit. «J’avais commencé, il y a trois ans. Il venait me voir, mais il était trop jeune pour en faire», explique Mme Plante.      

Dès qu’il a eu 14 ans, il a commencé à s’entraîner avec elle et il y a mis tous ses efforts.     

«Tout de suite, il a eu la piqûre. Il était fort et il voulait toujours battre un record personnel. C’était beau de le voir», dit-elle.     

Le centre de CrossFit où il s’entraînait a tenu un entraînement spécial en son honneur, mercredi.     

«Émile était membre depuis plusieurs mois, il connaissait une évolution fulgurante et il était un modèle de dépassement de soi et d’intensité dans l’entraînement», peut-on lire sur la page Facebook du centre.      

Cas rares  

Les décès causés par une crise d’épilepsie sont plutôt rares, indique Nicole Bélanger, directrice d’Épilepsie Section de Québec. «Lorsqu’une personne fait une crise nocturne, elle peut décéder par étouffement», explique Mme Bélanger. Ces étouffements peuvent survenir avec la salive, des vomissements ou parce que la tête de la personne s’est retrouvée face à l’oreiller durant l’épisode.