/sports/others
Navigation

Le Rouge et Or fait le plein de talent à Garneau

Quatre joueuses des Élans avec l’équipe de volleyball

Danny Da Costa
Photo courtoisie, Ian Doublet, Rouge et Or L’entraîneur-chef Danny Da Costa discute avec ses joueuses lors d’un match de la saison régulière. Laval pourra compter sur l’arrivée de quatre finissantes de Garneau.

Coup d'oeil sur cet article

Le Rouge et Or de l’Université Laval a fait le plein de quatre recrues en volleyball féminin.

La centrale Justine Raymond, les attaquantes Jade Marquis et Roxanne St-Amand ainsi que la libéro Marie-Noëlle Tremblay, des Élans de Garneau, poursuivront leur carrière avec le Rouge et Or. 

« Les quatre sont des piliers des Élans, a mentionné l’entraîneur-chef Danny Da Costa. Dans le recrutement, l’éthique de travail est l’aspect que je considère [comme] le plus important en plus des habiletés, et les quatre travaillent fort et exercent un important leadership. À mon avis, Justine est la meilleure centrale du circuit collégial. »

Saison parfaite

Les Élans ont connu une saison régulière parfaite avec une fiche de 17 victoires et aucune défaite. Elles affronteront l’Outaouais, vendredi, en quarts de finale du championnat provincial qui se déroule à Limoilou. Garneau sera l’hôte du championnat canadien, du 11 au 14 mars, pour la troisième fois de son histoire. Les Élans ont remporté neuf médailles d’or dans leur histoire.

Une cinquième recrue s’est engagée, mais Da Costa préfère taire son identité, pour le moment, parce que sa lettre d’intention n’est pas encore signée.

Deux autres finissantes des Élans poursuivront leur carrière avec les Patriotes de l’UQTR, qui feront leur retour en Division 1 la saison prochaine. Il s’agit de Rachel St-Amand et de Laurence Flamand.

Effectifs réduits

Le Rouge et Or a roulé avec des effectifs réduits, cette année, et cet apport de sang neuf sera le bienvenu. 

« Nous n’étions pas 12, une bonne partie de l’année, a mentionné Da Costa. C’est compliqué de faire du six contre six. Avec les conflits d’horaire reliés à l’école, on se retrouvait souvent [avec] huit ou neuf filles. C’était difficile. »

Malgré tout, le Rouge et Or a connu une saison satisfaisante, ratant le championnat de la saison régulière par une seule victoire. Troisièmes au classement, les protégées de Da Costa ont balayé les Citadins de l’UQAM, en demi-finale, et se frotteront, en finale, aux Carabins de l’Université de Montréal, à compter de vendredi prochain dans la métropole.

« Les filles ne prévoyaient pas qu’on atteigne la finale. À ma première saison, il fallait instaurer un nouveau système et une nouvelle philosophie. Le défi était de vendre ce nouveau système. Il fallait être patient et y aller un match à la fois. Nous n’étions pas l’équipe la plus physique et la plus expérimentée. Ce n’était pas comparable avec Montréal, McGill et l’UQAM, mais tout le monde a contribué. »