/finance/opinion/columnists
Navigation

Plus dépendant que jamais de la Chine

Coup d'oeil sur cet article

La forte croissance de l’économie chinoise fait en sorte que la Chine compte aujourd’hui pour quelque 20 % du PIB mondial, à comparer à seulement 8 % en 2002. 

C’est pourquoi le risque d’un ralentissement économique occasionné par la propagation du coronavirus au sein du pays inquiète énormément tous ses partenaires commerciaux, aux quatre coins de la planète.  

Le Québec ne fait évidemment pas exception en raison de l’ampleur de ses échanges commerciaux avec les entreprises chinoises. Et surtout, de notre dépendance envers les produits importés de la Chine, ceux-ci dépassant nettement les produits québécois exportés en Chine. 

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:

À elle seule, l’augmentation des importations chinoises depuis 2005 représente 32 % de l’augmentation de l’ensemble de nos importations de produits en 14 ans. 

L’an dernier, selon les données compilées par Statistique Canada et Statistique Québec, nous avons importé de la Chine des produits pour une valeur de 12,8 milliards de dollars, soit 7,2 milliards $ de plus qu’en 2005. 

Les produits chinois comptent présentement pour 12,4 % de l’ensemble des marchandises importées. 

Cela ne semble peut-être pas très élevé à première vue. Cependant, il faut savoir qu’il y a 14 ans, les importations de produits chinois ne comptaient que pour 7,9 % de nos importations totales. 

Voici les principales catégories de produits importés de la Chine.  

  • Chaudières, machines, engins mécaniques : 2,3 milliards $ 
  • Machines, appareils et matériel électriques ou électroniques : 2,15 milliards $ 
  • Meubles, articles de literie, lampes : 985 millions $ 
  • Matières plastiques : 657 millions $ 
  • Vêtements et accessoires de vêtements : 964 millions $ 
  • Jouets, jeux, articles de sport ou de divertissement : 488 millions $ 
  • Chaussures : 305 millions $ 
  • Instruments médicochirurgicaux, d’optique, de mesures, etc. : 291 millions $  

Faibles exportations 

Là où le Québec fait par contre « pitié » dans ses échanges commerciaux avec la Chine, c’est au niveau des exportations de marchandises québécoises, lesquelles sont presque quatre fois inférieures aux importations chinoises. 

Depuis 2005, nos exportations vers la Chine ont augmenté de 2,5 milliards $, pour atteindre une valeur globale de 3,3 milliards $. L’augmentation de nos exportations vers la Chine représente à peine 11,1 % de la hausse totale des exportations internationales du Québec au cours des 14 dernières années. 

En termes de balance commerciale avec la Chine, le Québec se retrouve ainsi dans le rouge de 9,5 milliards $ en 2019. 

De notre côté, nos plus gros « vendeurs » vers la Chine se retrouvent dans les catégories de produits suivantes.  

  • Minerais, scories et cendres : 921 millions $ 
  • Viandes et abats comestibles : 380 millions $ 
  • Voitures automobiles, tracteurs, autres véhicules terrestres : 331 millions $ 
  • Navigation aérienne ou spatiale : 345 millions $ 
  • Pâte de bois, papier ou carton à recycler : 212 millions $  

Pas mieux ailleurs au pays 

Le Canada ne fait guère mieux que le Québec en termes de balance commerciale avec la Chine. 

Il affiche actuellement un déficit de 51,7 milliards de dollars dans ses échanges commerciaux avec l’Empire du Milieu. 

Les importations de produits chinois (75 milliards $) sont 3,2 fois plus élevées que les exportations canadiennes (23 milliards $).