/news/provincial
Navigation

Réseau de transport structurant: Québec 21 presse Labeaume de dévoiler «un nouvel échéancier»

Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin
Photo d'archives, Stevens Leblanc Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin

Coup d'oeil sur cet article

Québec 21 se réjouit des nouvelles exigences imposées par le gouvernement provincial à la Ville de Québec dans le cadre du Réseau structurant de transport en commun.  

Du même souffle, l’opposition municipale estime que ces nouvelles contraintes vont forcément retarder la réalisation du mégaprojet et que les coûts risquent d’exploser.  

« Ces exigences forcent l’administration Labeaume à mener des études plus approfondies avant de lancer l’appel de propositions, ou à retarder ses acquisitions par expropriations », a insisté, jeudi, l’opposition à l’hôtel de ville de Québec. 

Responsable des dépassements 

Mercredi soir, par voie de communiqué de presse, le gouvernement Legault a rappelé que la Ville de Québec serait responsable d'éventuels dépassements de coûts pour le mégaprojet de 3,3 milliards de dollars. Aussi, aucune acquisition par expropriation ne pourra se dérouler avant la fin des travaux du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), a statué le gouvernement.   

La Municipalité devra par ailleurs effectuer une révision « de la portée, des coûts et de l’échéancier du projet avant de pouvoir procéder à l’appel de propositions. Cette révision devra aussi inclure des estimations de l’achalandage du projet qui tiendront compte de l’implantation d’un tunnel entre Québec et Lévis », lit-on.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Les ingrédients parfaits »  

Aux yeux de Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, « le gouvernement arrive au même constat que nous et que la population : le projet de tramway de Régis Labeaume n’est pas solide. Le gouvernement vient se protéger avec des exigences ». 

Convaincu que les délais annoncés ne seront pas respectés, M. Gosselin a pressé le maire Labeaume de dévoiler un nouvel échéancier pour ce projet « qui a les ingrédients parfaits pour la recette des dépassements de coûts », croit-il.  

De son côté, Jean Rousseau, conseiller municipal de Démocratie Québec, a estimé qu’il est « tout à fait pertinent » que le gouvernement fasse part de ses exigences, surtout dans le contexte des « problèmes vécus par le Réseau express métropolitain de Montréal (REM) et le nouveau train à Ottawa ». 

Cela dit, le conseiller Rousseau juge que le gouvernement doit lui-même répondre à plusieurs questions au sujet du nécessaire arrimage du tunnel Québec-Lévis avec le tramway. 

Jeudi, le cabinet du maire Labeaume a décidé de ne réagir ni aux nouvelles exigences gouvernementales ni aux sorties des deux oppositions.