/sports/hockey/remparts
Navigation

Aleksei Sergeev se prépare pour les séries avec les Remparts

L’attaquant des Diables rouges vivra son premier tournoi printanier depuis 2017

HKO-SPO-ACADIE-BATHURST-TITAN-V-QUEBEC-REMPARTS
Photo d'archives, AFP Aleksei Sergeev est impatient de finir la saison et d’amorcer ses premières séries en santé dans l’uniforme des Remparts.

Coup d'oeil sur cet article

Aleksei Sergeev inscrit son nom sur la feuille de pointage avec régularité depuis une quinzaine de rencontres, mais l’attaquant russe des Remparts de Québec est loin d’être rassasié par sa production offensive à un mois du début des séries éliminatoires.   

Si Sergeev, qui a raté trois mois d’activités en début de campagne en raison d’une blessure à l’épaule, n’est pas du genre à se salir le nez dans le trafic, ses habiletés avec la rondelle sont plus que bienvenues dans cette saison difficile sur le plan collectif. En neuf matchs en février, le petit patineur de 5 pi 9 po compte sept points. Il en revendique 22, dont six buts, en 29 rencontres au total.   

«Je sais ce que je dois améliorer, mais je sais que je suis capable d’en faire pour être prêt lorsque les séries commenceront. Ce n’était pas facile quand j’étais blessé de regarder mes coéquipiers en étant assis dans l’aréna sans pouvoir les aider. Présentement, je joue et je suis content», a déclaré Sergeev à la veille d’un important duel au Centre Vidéotron contre les Mooseheads de Halifax, qui accusent neuf points de retard sur les Remparts au huitième rang de l’association de l’Est.    

Le principal intéressé ne cache pas que ses antécédents médicaux lui jouent parfois dans la tête, dans certaines situations de jeu. Il avait été mis hors de combat pour l’ensemble de la première ronde contre les Mooseheads l’an dernier en raison d’une blessure à l’épaule, la même qu’au début de la présente saison.    

«Parfois, oui, pour certains moments, j’y pense, mais je ne m’en préoccupe pas trop, a-t-il juré aux représentants des quotidiens de Québec.    

«Aleksei, c’est Aleksei. C’est un bon fabricant de jeu et c’est sa force à lui. Ce ne sera pas le gars le plus intense sur la patinoire qui va créer des mises en échec, mais il a sa façon de faire à lui. Je me mets à sa place, il a eu deux mauvaises blessures aux épaules. Alors je pense que je serais aussi sur mes gardes dans certaines situations», a renchéri son entraîneur, Patrick Roy.    

Une première en trois ans   

À l’issue de la fin de semaine à domicile – Baie-Comeau sera de passage dimanche après-midi –, la qualification des Remparts au tournoi printanier ne pourrait être qu’une formalité. Et cette année, Sergeev n’entend pas se faire couper l’herbe sous le pied par une autre malchance.    

«Je suis très excité de participer aux séries. Pour moi, ce sera mes premières grosses séries depuis quelques saisons», a lancé le joueur de 19 ans.    

Vérification faite, Sergeev n’a pas vécu la frénésie des séries depuis 2017 alors qu’il avait participé à six rencontres avec son équipe junior de Iaroslavl dans son pays natal, selon le site EliteProspects.com.    

Des styles contraignants   

Par ailleurs, Patrick Roy a réfuté la théorie selon laquelle ses troupes éprouvent plus de misère à tenir tête aux équipes à leur portée plutôt qu’à celles en haut de peloton. Comme cela a été le cas mercredi soir face aux Voltigeurs.     

«[Drummondville], c’est une équipe qui fait beaucoup d’interférence, qui bloque le chemin, qui est devant le filet, et il est difficile de jouer contre eux. Alors il faut être meilleur dans ces situations, et les équipes qui font bien ça, comme Rimouski [7 défaites en autant de matchs cette saison], c’est plus difficile pour nous [...] Ce n’est pas nécessairement contre certaines équipes, mais ce sont les équipes qui jouent comme ça qui nous causent peut-être un peu plus de problèmes.»    

Aucun signe de fatigue pour Côté-Cazenave  

Pendant que le débat entourant la possible fatigue de Carey Price fait rage chez le Canadien, il n’en est rien dans le vestiaire des Remparts. Même s’il est utilisé à outrance, le gardien Tristan Côté-Cazenave se dit «frais» comme une rose.   

Le vétéran portier entamera les deux rencontres de la fin de semaine contre Halifax et Baie-Comeau devant la cage québécoise. À l’issue de celles-ci, Côté-Cazenave aura obtenu 25 départs sur une possibilité de 29 depuis qu’il a été acquis des Tigres de Victoriaville à la mi-décembre. Ce n’est pas lui qui s’en plaindra.    

«Je suis frais et je me sens très bien. Je pense que Pat fait aussi une bonne job pour nous donner du temps de repos. Par exemple, hier [jeudi], on n’a rien eu au lendemain de notre match, et aujourd’hui [vendredi], on revient à l’entraînement. Les entraînements sont intenses et courts, et Pat a bien géré ça», a exposé le natif de Longueuil, qui affiche une moyenne de buts accordés de 3,31 et un pourcentage d’arrêts de ,893 en 48 parties.     

Despatie sur la route   

Certain que ses hommes assèneront un dur coup à leurs poursuivants dans la course aux séries d’ici dimanche soir, Patrick Roy prévoit renvoyer dans la mêlée la recrue Émerik Despatie lors du voyage dans les Maritimes, la semaine prochaine.    

«Si on pouvait gagner demain [samedi] et après-demain [dimanche], ça réglerait certaines questions pour nous. On va y aller un pas à la fois. Puis, il y a une bonne différence entre sept points d’écart et 11», a expliqué le grand patron des Diables rouges en parlant des écarts potentiels avec les Mooseheads.    

Côté-Cazenave a rappelé l’importance d’engranger la quantité maximale de points contre les Mooseheads. Ses coéquipiers et lui débarqueront dans la capitale néo-écossaise le 6 mars.   

«Il nous reste deux matchs contre Halifax et ce sont deux matchs qu’on doit absolument gagner. Ça leur ferait quatre points de moins dans le classement, tandis que ça en ferait quatre de plus pour nous. Ça fait une grosse différence.»