/investigations
Navigation

Enveloppe d'argent: l’employé d’Hydro s’est dénoncé à son employeur

Il avait été filmé acceptant une enveloppe d’argent

Guy Huot
Capture d’écran d'archives Filmé à son insu en recevant l’argent, Guy Huot a été suspendu par Hydro-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

L’architecte d’Hydro-Québec filmé pendant qu’il acceptait une enveloppe d’argent d’un entrepreneur s’est dénoncé à son employeur après avoir été confronté par notre Bureau d’enquête. 

• À lire aussi: Le fonctionnaire magouilleur préparait sa succession 

• À lire aussi: Un architecte d’Hydro filmé en train d’accepter une enveloppe 

• À lire aussi: Hydro-Québec suspend son employé et appelle l’UPAC 

La semaine dernière, trois jours avant la parution de l’article dans lequel il était question d’une vidéo montrant Guy Huot en train de magouiller avec un entrepreneur, nous l’avions rencontré devant son domicile. 

Selon le témoignage de l’entrepreneur en peinture industrielle André Dansereau, un groupe d’hommes d’affaires et lui ont payé près d’une trentaine de milliers de dollars à M. Huot entre 2002 et 2020 afin de bénéficier de l’influence de l’architecte pour l’octroi de contrats.  

Sous la table 

M. Huot a été filmé à son insu, le 6 février dernier, pendant qu’il acceptait une enveloppe contenant 500 $. L’argent lui a été remis en dessous de la table dans un restaurant de Montréal. 

« Je n’ai jamais reçu d’argent d’entrepreneurs... je n’ai aucun contrôle sur les contrats d’Hydro... je ne décide de rien », avait affirmé M. Huot à notre Bureau d’enquête. 

Pourtant, un peu plus de 24 heures après cette rencontre, il a appelé la ligne de signalement de la société d’État. M. Huot a confirmé avoir fait cet appel avant de se refuser à tout commentaire, sur les conseils de son avocat. 

Il nous a donc été impossible de savoir ce qu’il a rapporté lors de sa dénonciation. 

Perquisition 

Selon nos informations, l’Unité permanente anticorruption a perquisitionné les bureaux d’Hydro-Québec à Montréal pendant plusieurs heures mercredi. 

Les policiers s’intéressaient au poste de travail de l’architecte situé au 10e étage d’un édifice, rue Sainte-Catherine. Les enquêteurs auraient également rencontré André Dansereau pendant plusieurs heures afin d’obtenir plus de détails. 

Celui-ci dit s’impatienter. Il affirme avoir rencontré les inspecteurs d’Hydro-Québec le 14 janvier à Saint-Jérôme afin de les informer du stratagème de corruption. 

Un courriel envoyé à des gestionnaires d’Hydro-Québec relate cette réunion. Toutefois, dans ce même courriel, M. Dansereau demande le règlement d’un litige pour le paiement d’une somme de 170 000 $ avec la société d’État en échange de ses confessions. 


 

Si vous avez de l’information sur cette affaire contactez Félix Séguin en toute confidentialité: felix.seguin@protonmail.com et 514-618-6784 (cellulaire, Signal).