/news/currentevents
Navigation

Meurtre d'une adolescente: incompréhension généralisée à Lachute

PH-Facebook
Photo tirée de Facebook Océane Boyer, décédée à l’âge de 13 ans.

Coup d'oeil sur cet article

LACHUTE | La petite communauté de Lachute, dans les Basses-Laurentides, était sous le choc, hier, après avoir appris le meurtre de l’une de ses adolescentes.  

• À lire aussi: Un ami des parents dans la ligne de mire  

«Les gens sont sous le choc. C’est l’incompréhension totale, tant chez les jeunes que chez les adultes. On est 13 500 habitants. Les gens se connaissent presque tous», a raconté le maire de Lachute, Carl Péloquin, ému par le drame qui touche sa ville. 

Il ne connaissait pas personnellement Océane Boyer, 13 ans, qui a été retrouvée assassinée dans la municipalité voisine (voir autre texte), mais son fils était dans sa classe l’an dernier. 

«J’ai un garçon du même âge. Juste de penser à ce que ses parents doivent vivre, ça vient me chercher. Quand on a appris la nouvelle, hier soir [mercredi], j’ai serré mon gars dans mes bras», a témoigné M. Péloquin, la voix chargée d’émotion. 

Une jeune leader 

«De ce que j’ai compris en discutant avec plusieurs, c’est que nous avons perdu une jeune leader qui avait un impact positif», a précisé le maire. 

«Elle était vraiment enjouée, toujours là pour les autres. Elle savait toujours ce qu’on avait sans qu’on ait à le lui dire, a confié au Journal une amie de la victime, Émy Filion-Mainguy, 12 ans. Je ne réalise pas encore.» 

«C’est épouvantable, a ajouté sa mère, Julie Filion. On habite à deux minutes de chez elle. C’est l’incompréhension totale.» 

Hier, la Maison des jeunes Univers Jeunesse Argenteuil, que fréquentait la victime, a ouvert ses portes pour accueillir ceux qui voulaient s’y recueillir. 

Des intervenantes spécialisées des Laurentides ont été dépêchées sur les lieux, car l'École polyvalente Lavigne, où l’adolescente étudiait, était fermée à cause de la tempête de neige. 

Une poignée de jeunes s’étaient déplacés en milieu d’après-midi, dont l'un avec une gerbe de fleurs.  

Du soutien 

«Notre priorité, aujourd’hui [hier], c’est les jeunes. Tous ceux qui ont besoin de parler de la situation vont être reçus», a indiqué Julie Desrosiers, directrice de l’établissement. Elle mentionne qu’Océane y était très impliquée et appréciée. 

La Commission scolaire de la Rivière-du-Nord confirme qu’elle dépêchera deux psychologues et deux psychoéducateurs à l’école que fréquentait la victime. Ils s’ajouteront aux intervenants et au policier éducateur de la polyvalente. 

«C’est un choc pour nous et encore plus pour notre équipe-école. Lachute, c’est une communauté tissée très serré», a commenté sa porte-parole, Nadyne Brochu. 

– Avec Jonathan Tremblay