/news/society
Navigation

24e jour de blocus: ses provisions en renfort pour les manifestants de Tyendinaga

Coup d'oeil sur cet article

Des habitants de Toronto et des alentours se sont déplacés en autobus, samedi, jusqu’au campement maintenu par les Mohawks de Tyendinaga, à l'est de Belleville, en Ontario.

• À lire aussi: 24e jour de blocus: le dialogue se poursuit avec les chefs héréditaires Wet’suwet’en 

Ces personnes ont offert un soutien moral et du matériel aux protestataires autochtones qui se tiennent près des rails depuis plus de deux semaines et qui souhaitent fortifier leur campement.

Une vidéo en direct sur Facebook montre une trentaine d’individus transportant des sacs de nourriture, des bouteilles d’eau et du bois, notamment.

La communauté a demandé de l’aide en établissant une liste de produits exhaustive: des lingettes pour bébé, du papier de toilette, des téléphones déverrouillés, des «scanners» de police et... des bouteilles d’eau en plastique.

Cette dernière demande a fait réagir dans les commentaires de la vidéo diffusée sur Facebook puisqu’il s’agit d’un dérivé du pétrole, ce à quoi la communauté s’oppose par extension.

Des mentalités qui évoluent

Le conflit qui oppose les communautés autochtones au gouvernement fédéral aura néanmoins quelques bons côtés.

Éric Cardinal, expert en droit et politiques autochtones, croit que les mentalités ont évolué positivement par rapport au conflit d’Oka survenu en 1990.

«Maintenant, on ne parle pas des indiens ou des amérindiens. On parle des Wet'suwet'en, des Mohawks et on va faire attention pour bien les épeler et connaître la différence entre les chefs héréditaires et les conseils de bande» explique M. Cardinal.

Ce dernier croit aussi que l’effet pervers d’une crise comme celle-ci est l’abondance de préjugés et de propos racistes qui peuvent «cristalliser une certaine opinion défavorable à l’égard des autochtones».

La barricade de Kahnawake tient toujours et un point de presse devait avoir lieu samedi pour faire le point sur la situation.

Une injonction valide jusqu’au 5 mars a été obtenue par le Canadien Pacifique, mais depuis, rien n’a bougé du côté des Mohawks pour le moment.

Des négociations ont lieu depuis jeudi en Colombie-Britannique entre la communauté Wet'suwet'en, le gouvernement fédéral et le gouvernement de la Colombie-Britannique pour tenter de trouver une solution à ce conflit à la fois politique et économique.

Rappelons que ces chefs wet'suwet'en et des militants solidaires s'opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, qui traverse leur territoire ancestral. Leur combat, et une intervention de la Gendarmerie royale du Canada ont entraîné une vague de blocus ferroviaires et de manifestations au pays depuis trois semaines.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.