/sports/hockey/remparts
Navigation

Holmes et Rochette sauvent la mise en tirs de barrage

Les Diables rouges se défont difficilement des Mooseheads par la marque de 5-4

But 2 periode no 74 Darien Hield, Remparts accueillent les Mooseheads Halifax, Centre Videotron, Quebec, 29 fevrier 2020. Photo PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo Pascal Huot Darien Kielb a inscrit son 9e but de la saison, samedi après-midi, aux dépens du gardien Cole MacLaren, des Mooseheads.

Coup d'oeil sur cet article

Les Remparts de Québec ont joué avec le feu sans toutefois se brûler, en route vers une importante victoire de 5-4 en tirs de barrage, dans la course aux séries, aux dépens des Mooseheads de Halifax, samedi, devant de nombreux écoliers en relâche au Centre Vidéotron.

Il y a des rencontres dans une saison où une équipe ne peut se permettre de subir la défaite. Celle de samedi faisait partie de cette catégorie. Avec ce gain, les Diables rouges distancent désormais par 10 points les représentants de la Nouvelle-Écosse au huitième rang de l’Association de l’Est, un écart qui pourrait s’accentuer à l’issue des matchs au programme, dimanche. 

Hunter Holmes, avec une brillante feinte du revers, et Théo Rochette, avec un tir à ras la glace, ont secoué les cordages lors de la séance de tirs au but alors que Tristan Côté-Cazenave repoussait les deux tireurs auxquels il faisait face. Tout ça pendant que Patrick Roy regardait au sol !

« Je ne regarde jamais quand on est en tirs de barrage. C’est ma superstition. En tout cas, ça a fonctionné aujourd’hui », a lancé l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts, pour qui il s’agissait d’un quatrième gain en cinq tentatives dans ces circonstances cette saison. 

Holmes, qui s’est joint aux Remparts en novembre après avoir été libéré par les Firebirds de Flint (OHL), a également réussi son huitième succès au troisième tiers. Il a expliqué la stratégie qu’il avait en tête avant de se présenter en solo devant le gardien adverse.  

« Honnêtement, je ne voyais pas trop autre chose à faire, mais j’ai essayé de faire semblant un peu [de tirer] et j’ai mis la rondelle sur mon revers. C’était bien de réussir ! Cela dit, c’est une grosse victoire pour nous. Il y a une différence entre sept points et 11 points [NDLR 10]. C’était une dure bataille et je suis content de la manière dont on a fini le travail », a réagi l’attaquant ontarien. 

Un spectacle 

Tout n’a pas été parfait chez les Remparts, qui ont vu une avance de 4-2 fondre comme neige au soleil en troisième période malgré une nette domination au chapitre des tirs 38-18. Roy a d’ailleurs fait preuve de sarcasme en commentant la performance de sa jeune troupe. 

« Je nous ai trouvés très excitants. On a généré des chances de marquer des deux côtés de la patinoire, c’était le fun pour le spectacle. On a donné 11 chances de marquer et je pense qu’il y en a huit qui viennent de notre bord [...] Je dois admettre qu’ils ont été résilients. C’était leur deuxième match en deux jours. Ils n’ont pas abandonné. Des fois, il faut que tu trouves une façon de gagner et c’est un peu ce qu’on a fait aujourd’hui [samedi] », a observé l’ancien gardien étoile, qui a savouré un 399e gain en carrière derrière le banc des Remparts. 

En vitesse 

Patrick Roy s’attend à ce que le Drakkar se présente avec le couteau entre les dents, dimanche après-midi. « Ils vont jouer un fort match, eux qui ont perdu 8-1 vendredi à domicile. Connaissant Jon Goyens [entraîneur-chef], je suis convaincu qu’il va parler à ses joueurs. Il n’y a aucun instructeur qui aime se faire embarrasser à domicile », a-t-il réagi... La LHJMQ avait délégué un quatuor d’officiels en provenance des Maritimes, dont les arbitres Brad Mills et Mario Maillet, pour cette rencontre... 

4
F
5
Première période
Aucun but.
Punitions: Whynot (Hal) 1:19, Hart (Hal) 9:17, Miron (Hal) 9:17, Gaucher (Qué) 9:17, Miron (Hal) 11:48, Sergeev (Qué) 11:48.
Deuxième période
1-Hal : Zack Jones (12) (Joly, Gursoy) 0:29 2-Qué : Nathan Gaucher (11) (Malatesta) 2:02 3-Qué : Darien Kielb (9) (Fillion, Truchon) 3:12 4-Hal: Senna Peeters (20) (Joly, Barron) 10:51 5-Qué : Anthony Gagnon (24) (Sergeev) 16:40 6-Qué : Hunter Holmes (8) (Gagnon, Rochette) AN-19:05
Punitions: Gursoy (Hal) 9:48, Sergeev (Qué) 10:13, Burridge (Hal) 12:48, Tomilson (Hal) (min. et maj.) 17:03, Caron (Qué) (min. et maj. et inc.) 17:03, Dubé (Hal) 17:40, Schives (Qué) 19:44.
Troisième période
7-Hal : Marcel Barinka (6) (Jones, Whynot) 5:53 8-Hal: Senna Peeters (21) (Joly, Gursoy) 16:05
Punitions: Desroches (Hal) 3:48, Gaucher (Qué) (dou.min.) 3:48, Savoie (Qué) 9:39, Montreuil (Qué) 13:49.
Prolongation
Aucun but.
Punitions: Sergeev (Qué) 5:00.
Fusillade
Québec gagne par 2-0. Halifax (0) : Gursoy (raté), Peeters (raté). Québec (2) : Malatesta (raté), Holmes (but), Rochette (but).
Tirs au but
Halifax 4 - 6 - 8 - 0 - 18 Québec 13 - 13 - 10 - 2 - 38
Gardiens:
Hal : Cole McLaren (PF, 8-13-1) Qué : Tristan Côté-Cazenave (G, 17-22-7)
Avantages numériques:
Hal : 0 en 5, Qué : 1 en 5
Arbitres:
Brad Mills, Mario Maillet
Juges de lignes:
Mat Hicks, Kévin Fisher
ASSISTANCE:
8576

Halifax croit encore aux séries

17es au classement général, les Mooseheads s’accrochent toujours à une mince lueur d’espoir de participer au tournoi printanier.

Le point amassé en dépit de la défaite en tirs de barrage leur a permis de s’approcher à quatre points des Olympiques de Gatineau et de la 16e et dernière position donnant accès aux séries de fin de saison. 

Si l’équipe de Jean-Jacques Daigneault détient un match en main sur celle d’Éric Landry, elle ne pourra plus vraiment se permettre de faux pas dans ses neuf dernières sorties pour décrocher son laissez-passer. 

« C’est quelque chose qu’on apporte aux joueurs avant tous les matchs. On ne sait pas ce qui peut arriver d’ici la fin de la saison. On peut se mettre à gagner des matchs. Après les Fêtes, quand il y a beaucoup de visages dans ton club, c’est comme un nouveau camp d’entraînement. À l’occasion, il manque un peu de chimie, mais les gars travaillent fort et ne désespèrent pas », a soutenu l’ancien instructeur adjoint chez le CH. 

Invitation

Séries ou pas, il n’a toutefois pas eu à payer son repas du samedi puisque Patrick Roy, avec qui il a soulevé la coupe Stanley en 1993 avec le Canadien, l’avait invité pour souper. Halifax sera à Shawinigan dimanche. « C’est mon tour », a badiné Roy quand on lui a proposé que son vis-à-vis paie la note.