/sports/others
Navigation

Jasey-Jay Anderson parmi le top 10 en Ontario

Coup d'oeil sur cet article

Sportcom – Le planchiste Jasey-Jay Anderson a profité de l’avantage du terrain à son 270e départ en Coupe du monde pour signer son premier top 10 en plus d’un an, samedi, à Blue Mountain, en Ontario. 

Anderson s’est hissé au huitième rang du slalom géant en parallèle après avoir été stoppé, en quarts de finale, par le futur médaillé d’or de la journée, l’Autrichien Benjamin Karl. Ce dernier a eu le dessus sur l’Italien Mirko Felicetti en grande finale, tandis que le Russe Andrey Sobolev a obtenu le bronze. 

Le dernier top 10 du Québécois datait de février 2019, lorsqu’il avait conclu au septième échelon de la Coupe du monde de Secret Garden, en Chine. 

Selon le vétéran de l’équipe canadienne, un changement apporté à son équipement a joué un rôle important sur son résultat de la journée. Après plusieurs tentatives au cours des derniers mois, Anderson a choisi de revenir aux bottes qu’il chaussait lors de sa victoire à la Coupe du monde de Bansko, en 2018. 

«C’est souvent une question d’équipement, mais je ne pensais pas que les bottes allaient faire une aussi grosse différence. C’est un changement qui déboussole tout et j’ai pu voir des résultats automatiquement. J’ai pu effectuer de bons virages et ça m’a mis en confiance», a-t-il expliqué. 

Classé 12e à l’issue des qualifications, l’athlète de 44 ans a «ouvert la machine» en deuxième manche afin d’accéder aux huitièmes de finale. Il a vaincu l’Américain Robert Burns, mais quelques erreurs en quarts de finale lui ont coûté la victoire. «Je n’étais pas prêt aux conditions de piste et j’ai pris un risque à la fin de la course en trichant sur la ligne.» 

Également en action, Arnaud Gaudet a terminé 22e, tandis que Sébastien Beaulieu pointe au 34e rang. Jules Lefebvre, Justin Carpentier et Félix Carpentier ont respectivement fini 45e, 47e et 54e

L’avantage du Canada 

Le circuit des Coupes du monde en surf des neiges alpin ne s’était pas arrêté au Canada depuis 9 ans. À sa 23e saison, Jasey-Jay Anderson voit toujours un net avantage à dévaler les pentes devant ses partisans. La présence de ses proches peut être une source de distraction par moments, mais l’encadrement de la fédération canadienne et des entraîneurs l’aide à se concentrer et à retenir les bénéfices d’être à la maison. 

«On arrive en bas et ça encourage vraiment fort. C’est une grosse différence avec l’Europe, où c’est le gros silence quand les Canadiens terminent!» a raconté Anderson, qui se dit fort occupé dans de telles situations. Je ne peux plus compter le nombre de coéquipiers que j’ai eus durant ma carrière, alors je revois de vieux visages, la famille et les amis sont présents aussi. Je passe plusieurs minutes à saluer tout le monde, mais je réussis à demeurer concentré malgré tout.» 

Les planchistes seront de retour dimanche, pour une autre épreuve de slalom géant en parallèle à Blue Mountain.