/sports/hockey
Navigation

La chance sourit aux Bruins

La chance sourit aux Bruins
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Bruins de Boston ont profité de quelques buts opportunistes pour battre les Islanders de New York par la marque de 4 à 0, samedi, au Nassau Veterans Memorial Coliseum. 

David Pastrnak a ouvert la marque grâce à son 47e but de la saison, lui qui mène tous les joueurs du circuit Bettman à ce chapitre. Le joueur tchèque a joué de chance, alors qu’un de ses coéquipiers a percuté le gardien Semyon Varlamov, après avoir été poussé par Andy Greene. Le numéro 88 n’a ensuite eu aucun mal à trouver le fond de ce filet déserté. 

Ce fut ensuite au tour du défenseur Matt Grzelcyk de profiter des circonstances pour enfiler l’aiguille. L’arrière a tenté une longue passe vers un attaquant, mais la rondelle a ricoché sur la jambe de Johnny Boychuk, qui a déjoué son propre gardien, bien malgré lui. 

«On avait de bonnes jambes aujourd’hui, ce qui est particulièrement bon sur la route, a mentionné l'entraîneur-chef des Bruins, Bruce Cassidy. Si tu peux imposer ton rythme et garder l’autre équipe sur les talons, c’est un avantage.» 

Les défenseurs contribuent 

Brad Marchand et Charlie McAvoy, en avantage numérique, ont complété la marque en troisième période. Ce dernier y a été de sa première performance de trois points de la saison. 

Lors du point de presse d’après-match, un journaliste a fait remarquer à McAvoy que les défenseurs avaient obtenu plus de points que les attaquants et que ceux-ci devaient peut-être penser à leur payer à souper. «Ils devraient, a répondu avec le sourire l’athlète de 22 ans. C’est peut-être ce dont on avait besoin. Parfois on gagne par comité. [...] On travaille tous très fort pour se donner des opportunités.» 

«On a toujours le feu vert [pour appuyer l’attaque], à condition qu’on s’occupe aussi de ce qui se passe devant notre filet, a ajouté le défenseur Torey Krug à propos du groupe à la ligne bleue. Il y a un temps approprié pour marquer des buts, mais on se garde une réserve, par exemple, si on a l’avance 2 à 0 en fin de troisième période.» 

Dans les buts, c’est Tuukka Rask qui a obtenu le jeu blanc. Le portier finlandais a bloqué les 25 tirs dirigés vers sa cage par les «Isles». Varlamov, lui, a cédé quatre fois sur 30 lancers. 

Avant la rencontre, les «Insulaires» ont rendu hommage à leur ancien joueur et entraîneur Butch Goring, en retirant son chandail numéro 91. Le joueur de centre manitobain a été un élément important de la dynastie new-yorkaise des années 1980, remportant quatre coupes Stanley entre 1980 et 1983.