/news/health
Navigation

S’assurer de voyager l’esprit tranquille

Les touristes ont intérêt à bien connaître les détails de leur police avant leur départ afin d’éviter les surprises

Young woman on vacations using smartphone and credit card. Online shopping and travel concept
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir passé des heures à décortiquer plusieurs polices d’assurance, Le Journal a constaté que les voyageurs ont tout intérêt à bien s’informer avant leur départ. Activités exclues, aînés refusés, problèmes de santé non couverts : les motifs d’exclusion sont nombreux et variés. En voici des exemples.  

• À lire aussi: Des voyageurs du Québec mal assurés reviennent endettés  

  

Vous n’imaginez pas les exclusions de votre police d’assurance  

  • Il y a un âge minimal et maximal pour être couvert (très variable).     
  • Les femmes enceintes ne sont pas couvertes après un certain nombre de mois (souvent sept).    
  • Toutes les interventions médicales doivent être préapprouvées par l’assureur. Sinon, la réclamation peut être refusée.    
  • Des problèmes de santé survenus quelques mois avant votre départ qui ont nécessité des soins ne sont pas couverts.    
  •  Les gens intoxiqués par l’alcool ou la drogue ne seront pas couverts. Souvent, le niveau d’alcool toléré est de 0,08 mg d’alcool dans le sang (comme pour la conduite automobile).        
Young woman on vacations using smartphone and credit card. Online shopping and travel concept
Photo Adobe Stock
  • Plusieurs sports extrêmes ne sont pas couverts (alpinisme, plongée en apnée, saut à l’élastique, parachutisme, escalade, etc.).    
  •  Lorsque le gouvernement canadien a émis un avis déconseillant un voyage à un endroit précis, les maladies ou blessures ne sont pas couvertes si elles sont en lien avec l’avis.    

D’autres exemples précis  

« Tout traitement découlant de troubles mentaux, nerveux, psychologiques, psychotiques ou psychiatriques incluant la dépression, l’anxiété et l’insomnie. » — La Capitale   

« Toute autre activité qui requiert que la personne assurée signe un formulaire de décharge de responsabilité en cas d’accident. » — Horizon international   

Après 75 ans, aucune couverture. Le compte de votre carte de crédit ne doit pas être en souffrance depuis plus de 90 jours. — Mastercard Odyssey (Desjardins)   

  

Trucs et astuces  

Lire son contrat d’assurance : « Si on n’est pas sûrs, on appelle l’assureur et on demande de se faire confirmer si on est couvert ou non [pour une telle situation] », dit Lyne Duhaime, présidente pour le Québec de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes.  

Vérifier la durée de son voyage et celle de sa couverture d’assurance  

Surveiller les exclusions :  

Que ce soit pour les maladies préexistantes, les sports ou la consommation d’alcool, par exemple.    

« Le diable est dans les détails, comme on dit », souligne Sylvain Théberge, de l’Autorité des marchés financiers.    

Il existe des assureurs spécialisés pour les sports extrêmes ou le travail en zone de guerre, par exemple.    

Il est possible de s’assurer en excluant un problème médical récent.     

Par exemple, quelques mois après une crise cardiaque, un voyageur peut exclure les problèmes cardiaques de sa couverture pour éviter de payer trop cher.     

Il y a un risque, mais il sera couvert pour un pied cassé en voyage, mais pas pour une autre crise cardiaque.    

« Ça ne donne rien de s’assurer en double, mais c’est important d’être bien assuré », précise le président de l’Association des agents de voyages du Québec, Moscou Côté.    

Ainsi, plusieurs régimes d’assurance collective d’un travailleur offrent une assurance voyage, tout comme certaines cartes de crédit.     

Par contre, il faut s’assurer que la couverture offerte comble les besoins.    

  

Pièges à éviter  

« Je suis jeune et invincible »  

Personne n’est à l’abri d’une intoxication alimentaire ou d’un accident bête lors d’une randonnée.    

« Je peux faire n’importe quoi, je suis couvert » 

Attention : plusieurs sports extrêmes ne sont pas couverts par les assureurs.    

« Pas besoin d’assurance au Canada » 

Faux, la RAMQ ne rembourse qu’une mince partie des frais de santé à l’extérieur du Québec.    

« Acheter une assurance les yeux fermés » 

Toutes les assurances ne sont pas équivalentes. Il faut comparer les primes et lire les petits caractères.    

« L’assurance complémentaire complétera » 

Lors d’un séjour prolongé, l’assurance complémentaire pourrait refuser de payer vos frais de santé liés à une situation survenue dans la première partie du voyage.    

Source : CAA-Québec  


Exemples de frais médicaux en voyage    

  • Fracture de la hanche d’une dame de 92 ans à Vancouver: 68 000 $  
  • Attaque d’herbe à poux aux États-Unis, urgence et crème médicamentée: 700 $ US (940 $ CAD)    
  • Triple fracture de la mâchoire aux É.-U.: 46 000 $ US (62 000 $ CAD)    
  • Tympan bouché en sortant de l’avion: 180 $ US (242 $ CAD)    
  • Hospitalisation d’un jour en Australie avec soins de maintien: 3000 $ AUS (2600 $ CAD)      

Source : Assu-risques  

  

Que paie la RAMQ ?  

La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) rembourse l’équivalent du montant qui aurait été payé pour recevoir les mêmes soins au Québec. À l’étranger, la RAMQ rembourse 100 $ par jour d’hospitalisation, et 50 $ en soins externes. Un montant souvent insuffisant, surtout aux États-Unis. Il est donc fortement suggéré aux gens de se prévaloir d’une assurance voyage privée.    

Exemples de frais à la charge du Québécois    

  • Fracture du fémur en Ontario : 506 $ sur 928 $    
  • Voir un médecin de famille en Floride : 58,40 $ sur 75 $ CAD    
  • 3 jours à l’hôpital pour une crise cardiaque en Floride : 25 265 $ sur 26 000 $ CAD    
  • Hospitalisation de 8 jours en Caroline du Sud pour une pneumonie : 36 133 $ sur 38 036 $ CAD      

Montants payés parla RAMQ en soins de santé à l’étranger   

  • 2019: 15 172 581 $*  
  • 2018: 15 066 076 $  
  • 2017: 12 815 652 $  
  • 2016: 16 439 136 $  
  • 2015: 13 939 084 $   

*Données partielles  

Source : Régie de l’assurance maladie du Québec, incluant les frais hospitaliers et professionnels  


Depuis janvier, l’Ontario ne rembourse plus les frais de santé des voyageurs à l’extérieur du pays. « C’est une façon d’envoyer un message clair. [...] On dit au voyageur : “T’es 100 % responsable.” Les gens ne peuvent pas dire : “Je ne le savais pas” », commente Suzanne Michaud, vice-présidente assurance chez CAA-Québec.        

  • 30 % des gens ne s’assurent pas pour voyager dans le reste du Canada.     
  • 24 % des jeunes de 18 à 24 ans voyagent sans assurance.    
  • 19 % ne sont pas couverts pour les soins médicaux d’urgence.    
  • 15 % disent qu’ils sont influencés par les récits malheureux dans les médias de voyageurs qui n’avaient pas de couverture d’assurance et disent désormais qu’ils ne s’en passeront plus.        

* Sondage CAA-Québec/Léger, printemps 2019 (Sondage sur les intentions d’assurance voyage des Québécois)