/sports/hockey
Navigation

Une fois dans une vie

L’entraîneur-chef des Hurricanes Rod Brind’Amour aimerait ne plus recourir à un gardien d’urgence

Hurricanes c. Canadiens
Photo Martin Chevalier L’instructeur-chef des Hurricanes Rod Brind’Amour est passé par toute la gamme des émotions samedi dernier à Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

Rod Brind’Amour a souri quand on lui a mentionné le nom du gardien d’urgence au Centre Bell, Antoine Marchand. « Parfait, j’espère qu’il peut bloquer deux ou trois rondelles, mais j’aimerais mieux ne pas le rencontrer. »  

• À lire aussi: Catastrophe évitée 

• À lire aussi: Jouer pour certains objectifs 

Il y a une semaine, les Hurricanes de la Caroline ont écrit un récit digne d’Hollywood en triomphant des Maple Leafs 6 à 3 à Toronto avec un conducteur de zamboni comme gardien à partir du milieu de la deuxième période.

Gardien d’urgence, David Ayres a été choisi la première étoile du match samedi soir à Toronto.
Photo d'archives, USA TODAY Sports
Gardien d’urgence, David Ayres a été choisi la première étoile du match samedi soir à Toronto.

Avec les blessures à James Reimer et Petr Mrazek, David Ayres a pris le relais pendant 28 min 41 s. Le gardien d’urgence âgé de 42 ans a bloqué 8 des 10 tirs des Leafs en route pour une victoire historique. 

« C’était le genre de match le plus bizarre de ma carrière, a lancé Brind’Amour à quelques heures du match contre le Canadien. On ne reverra jamais ça. Que les deux gars se blessent avec la moitié du match à disputer, c’est fou. Et on menait 4 à 1, on avait le contrôle du match. Si tu perds déjà 4 à 1, c’est autre chose. Et puis, les deux premiers tirs qui rentrent, ça ne s’invente pas. Ça a bien fini, on a gagné, heureusement. Je ne pense pas qu’on va revoir ça. »   

Pour une deuxième semaine d’affilée, les « Canes » se retrouvaient en sol canadien avec une autre rencontre à la Soirée du hockey (Hockey night in Canada).    

« On espère le même résultat, mais sans le côté dramatique, a affirmé Brind’Amour. Cette soirée folle, c’est assez pour le reste d’une vie. »   

Un ancien de Concordia  

Samedi soir, Antoine Marchand était prêt à intervenir.
Photo Martin Chevalier
Samedi soir, Antoine Marchand était prêt à intervenir.

Marchand, un ancien gardien des Stingers de Concordia, a regardé le match entre le CH et les Hurricanes de la passerelle de presse. Le jeune homme de 27 ans partage le rôle de gardien d’urgence pour les rencontres au Centre Bell avec Marc-Antoine Turcotte.    

« Honnêtement, j’ai trouvé que c’était un rêve l’histoire de David Ayres, a affirmé Marchand en entrevue au Journal. C’est tellement rare, tu ne vois pratiquement jamais un gardien d’urgence sauter sur la glace. C’était arrivé avec Scott Foster en 2018 avec les Blackhawks de Chicago. »    

« J’aimerais vivre cette expérience un jour, a-t-il continué. Mais je sais que les chances sont minces ! Je n’ai pas suivi le match en direct samedi dernier, mais j’ai regardé les vidéos le lendemain de David Ayres. Je trouvais ça incroyable. Ça fait trois ans que je suis l’un des gardiens d’urgence pour le Canadien et il y a juste une fois où je suis descendu près du vestiaire de l’équipe adverse. Au mois de janvier, c’était contre les Penguins. Casey DeSmith avait oublié son passeport et les Penguins avaient rappelé un gardien de la ECHL. Il était arrivé tard au Centre Bell. »   

Dans sa routine, la semaine, Marchand finit de travailler pour une compagnie de marketing numérique du centre-ville de Montréal et il se pointe au Centre Bell vers 18 h 30. Il arrive avec son équipement de hockey et un billet de loterie dans ses poches.    

Mais les numéros gagnants, comme celui à Toronto, restent rares.