/sports/football/rougeetor
Navigation

Une ligne offensive à reconstruire

Plusieurs candidats sérieux luttent pour combler les départs de la dernière saison

Le garde Philippe Robitaille est un sérieux candidat pour un poste de partant sur la ligne offensive.
Photo Didier Debusschère Le garde Philippe Robitaille est un sérieux candidat pour un poste de partant sur la ligne offensive.

Coup d'oeil sur cet article

Avec le départ de trois partants sur cinq sur la ligne offensive, le Rouge et Or de l’Université Laval devra miser sur de nouveaux visages pour connaître du succès.

Sélectionnés pour les équipes d’étoiles canadiennes au cours de leur passage à Laval, Kétel Assé, Samuel Thomassin et Samuel Lefebvre formaient les cartes maîtresses de la ligne offensive depuis deux ans.

« Même si nos jeunes sont moins connus, je suis convaincu que les gars en place peuvent jouer au même niveau, remplacer les gars qui sont partis et exceller, a affirmé le coordonnateur offensif Justin Éthier. Nous serons plus stables à la position de quart-arrière que l’an dernier, mais nous serons plus jeunes sur la ligne offensive. Toutefois, j’anticipe l’éclosion de certains (Andy Genois et Philippe Robitaille). Je n’aurais eu aucun problème à utiliser Antoine Marin l’an dernier. Il n’a rien à envier à ceux qui sont partis. »

Robitaille a vu peu d’action l’an dernier après avoir bien joué à sa saison recrue comme réserviste. « Ce ne fut pas ma meilleure saison, a reconnu le produit des Faucons de Lévis-Lauzon. Ce ne fut pas facile à l’école, et je me suis blessé à un genou et au dos. J’ai eu besoin de réussir un examen pour être admissible. J’ai donc vu moins d’action au camp d’entraînement. Malgré tout, ce ne fut pas une saison perdue. J’ai appris des vétérans. J’ai aussi appris de mon erreur à l’école. Ça n’arrivera plus. J’ai aussi perdu du poids après avoir terminé la saison à 340 livres. Je me sens plus léger. »

Bon groupe

Robitaille sera dans la lutte pour mériter un poste de garde. Il s’entraîne avec le premier groupe. « Ça ne veut rien dire pour le moment, a-t-il précisé. Je veux aider l’équipe. Nous avons un bon groupe. »

Utilisé comme bloqueur à droite partant l’an dernier quand Nicolas Thibodeau a dû s’absenter en raison d’une blessure, Genois s’entraîne comme bloqueur à gauche au camp de printemps. Bloqueur à gauche pendant ses quatre saisons avec les Condors de Beauce-Appalaches, l’étudiant en génie civil a évolué des deux côtés à Laval.

« C’est cette année que ça se passe, a résumé celui qui amorcera sa quatrième campagne, mais qui n’a pas été habillé à sa première. Je ne veux pas imiter Kétel, mais j’ai appris de lui au fil des ans. Je veux prouver que je peux jouer comme bloqueur à gauche et que j’ai ma place comme partant dans le RSEQ. J’ai montré que je pouvais jouer des deux côtés. »

« Nous avons un bon groupe sur la ligne offensive, ajoute Genois. Il y a une bonne relève. »

Autres candidats

Marin, Jean-Antoine Dean-Rios et Jean-Philippe Pépin sont trois autres qui se battront pour un poste dans l’alignement de 48 joueurs.

Des cinq partants de la dernière édition, le garde Nicolas Guay et le bloqueur Nicolas Thibodeau sont les seuls qui sont de retour. Habillé à toutes les rencontres l’an dernier, Pierre-Karl Lanctôt a complété son parcours universitaire.

Une occasion comme centre pour Hogan-Saindon

Après une remise en question tout à fait normale étant donné qu’il n’a pas disputé un seul match en trois ans, Cyrille Hogan-Saindon estime que son changement de position s’est avéré une excellente décision.

Le produit des Élans de Garneau évolue comme centre depuis le camp de printemps 2019. « Ce fut le meilleur move de la dernière année, a mentionné Hogan-Saindon. Je n’avais jamais joué comme centre, mais j’aime ça. J’ai appris beaucoup. Avec les départs sur la ligne offensive, notamment à la position de centre, ç’a créé des opportunités pour jouer éventuellement. »

« Pendant le camp de printemps, je veux montrer que je peux être constant et que je suis capable de diriger la ligne, de poursuivre le gaillard de 6 pi 5 po et 310 livres. Je veux effectuer de bonnes remises et bien reconnaître les défensives. »

Après une bonne réflexion, Hogan-Saindon a décidé de poursuivre sa carrière. « Après trois ans sans être habillé, j’ai hâte de jouer, a-t-il résumé. Je me suis posé des questions, si je continuais ou non. J’ai décidé de continuer parce que j’ai convenu que le football m’amenait du plaisir. J’ai gardé le positif. J’ai perdu beaucoup de poids, je connais beaucoup mieux le football et je suis mieux préparé. J’ai beaucoup progressé, surtout la dernière année. »

Les cinq meilleurs

Avec le départ de Samuel Lefebvre, qui a pris sa retraite pour se consacrer à l’entreprise familiale, même s’il lui restait une année d’admissibilité, le poste de centre est ouvert. Au camp de printemps, Hogan-Saindon s’entraîne avec le premier groupe. Garde partant depuis deux ans, Nicolas Guay a évolué comme centre dans les rangs scolaires et collégiaux. La recrue Samuel Quevillon, qui sera présent en août, verra fort probablement un peu d’action comme centre, en plus de garde. Le produit des Spartiates du Vieux Montréal a assisté à l’entraînement, samedi, en compagnie de son coéquipier Antoine Audet-Michaud, qui se greffera lui aussi au Rouge et Or.

« Cyrille est prêt comme centre, a mentionné le coordonnateur offensif Justin Éthier. Il a décidé de s’accrocher après le camp d’entraînement l’an dernier. On veut mettre les cinq meilleurs sur le terrain. »