/news/currentevents
Navigation

«Ce gars-là est un héros»: il sacrifie sa voiture pour protéger un père et son bébé

Coup d'oeil sur cet article

Un père et sa fille d’à peine un an ont échappé à ce qui aurait pu être une tragédie routière, au beau milieu de la tempête, jeudi, quand un parfait inconnu a sacrifié sa voiture de luxe pour protéger le véhicule familial embourbé en bordure de route à Québec.  

La neige tombait à plein ciel pendant que des bourrasques paralysaient les routes de la capitale nationale. À ce portrait de la tempête de jeudi aurait pu s’ajouter un drame routier, n’eût été l’intervention remplie de bonté de Pierre-Luc Bédard.     

Martin Bourbeau venait de quitter son boulot à l’école de danse Port-O-Swing, en début d’après-midi, question de retrouver son domicile, plus tôt, pour éviter le chaos routier.      

Photo Pascal Huot

Quelques minutes après avoir cueilli sa petite Alice, 1 an, à la garderie, le véhicule de marque Hyundai Elantra s’est engagé sur la route Jean-Gauvin.      

Photo Pascal Huot

«C’était un segment à découvert, entouré de champs. On a complètement perdu la visibilité pendant 20-30 secondes. J’ai ralenti le plus que je pouvais, mais je me suis enfoncé dans un remblai de neige», raconte Martin Bourbeau.         

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Martin Bourbeau à QUB Radio:   

Le père de 39 ans est sorti du véhicule pour le dépêtrer de sa fâcheuse position, prenant soin de se glisser la tête à l’intérieur de l’habitacle pour rassurer son bébé en pleurs. «On ne voyait rien et les voitures passaient proche. En deux minutes, on a passé proche, deux fois, de se faire ramasser. Je commençais à stresser», poursuit le père de famille.     

Photo Pascal Huot

Tous les automobilistes ont poursuivi leur chemin en dépit de la vue de cette scène. Tous, sauf un.      

«Un héros»   

C’était Pierre-Luc Bédard, un aide-peintre au volant de sa voiture de marque BMW, qui a lui-même passé bien près de percuter le véhicule familial en raison de la chaussée glissante. Le père est aussitôt allé lui demander de l’aide.     

«Quand il m’a dit que sa petite était là, j’ai bien compris que c’est elle qui mangerait le coup s’il arrivait quelque chose», soutient M. Bédard.     

Le bon samaritain a à peine eu le temps de placer son véhicule comme un bouclier pour éviter que quelque chose survienne. Il était en train de s’habiller pour sortir quand une camionnette a frappé de plein fouet son aile arrière.     

«Après ça, il n’y avait rien à faire. Je suis sorti pour continuer à aider Martin. Au fond de moi, [ma voiture] c’est juste de la tôle», assure Pierre-Luc Bédard, dont la voiture est «probablement une perte totale».     

Photo Pascal Huot

«Mon véhicule, ce n’est rien comparativement à une ou deux vies. 10 000 $ pour deux vies, ce n’est rien», expose-t-il.     

Pour Martin Bourbeau, c’est une dette morale envers Pierre-Luc Bédard qu’il ne pourra «jamais repayer». La protection assurée par le véhicule lui a permis de remettre sa voiture sur la route et de regagner indemne le domicile familial.     

Pierre-Luc Bédard a seulement eu le temps de placer son véhicule derrière celui de M. Bourbeau avant qu’une camionnette ne le percute. L’arrière de sa voiture a été endommagé.
Photo Agence QMI, Guy Martel
Pierre-Luc Bédard a seulement eu le temps de placer son véhicule derrière celui de M. Bourbeau avant qu’une camionnette ne le percute. L’arrière de sa voiture a été endommagé.

«Il a probablement sauvé ma petite fille. Ce gars-là est un héros», remercie le père, faisant preuve d’une gratitude sans borne.     

Retrouvailles virtuelles  

Les deux hommes sont retournés à leur domicile respectif après ce moment chargé d’émotions. Ils ont chacun partagé leur péripétie sur Facebook, Martin Bourbeau espérant retrouver celui qui avait sauvé sa fillette d’une violente collision.     

  

Photo Pascal Huot

«Ça a pris cinq minutes» pour qu’ils soient mis en contact, raconte M. Bourbeau, dont la publication a été partagée par plus de 4000 personnes.     

«Le nom de Pierre-Luc Bédard, je ne l’oublierai jamais», jure l’homme de 39 ans