/news/society
Navigation

Rassemblées dans la douleur pour honorer Océane

La mère de la victime a subi un malaise pendant l’envolée de ballons rendant hommage à sa fille

Coup d'oeil sur cet article

Des centaines de personnes se sont recueillies dimanche sur la route isolée de Brownsburg-Chatham, où le corps de la jeune Océane Boyer, 13 ans, a été abandonné après qu’elle fut assassinée.   

  

Des dizaines de ballons se sont envolés sur la pièce Vole, de Céline Dion, vers 11 h 30, avec de petites photos de la défunte, attachées au bout de ficelles.  

Il y a eu une envolée de ballons sur la chanson <em>Vole</em> de Céline Dion.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Il y a eu une envolée de ballons sur la chanson Vole de Céline Dion.

Des proches, des amis et des inconnus ont pleuré le décès de la jeune victime avant de s’étreindre devant ce triste adieu.  

En tout, plus de 300 personnes étaient réunies sur la rue de Berlin pour cet hommage, autour de la croix érigée en l’honneur de l’adolescente, accompagnée d’une grande photo de la victime vêtue d’une toge bleue.  

Des dizaines de peluches et des fleurs ont également été déposées en la mémoire d’Océane.  

Incompréhension  

Il y avait beaucoup de peine et de colère parmi la foule, mais également un sentiment d’incompréhension face à un crime aussi odieux.  

« Elle avait 13 ans. C’est jeune. Elle aurait pu passer une belle vie si ce n’était pas arrivé », a déploré avec aplomb Amy-Lody Larche, 14 ans.  

Elle avait échangé quelques fois avec Océane à la polyvalente Lavigne de Lachute et elle a été troublée d’apprendre ce qui s’était passé.  

Malaise  

La mère de l’ado, Caroline Sarrazin, avait peine à contenir ses émotions.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
La mère de l’ado, Caroline Sarrazin, avait peine à contenir ses émotions.

L’émotion était à son comble pour la mère de l’adolescente, Caroline Sarrazin, qui a subi un malaise lors de l’envolée de ballons. Elle ne se sentait plus capable de respirer, au point où les services d’urgences ont été appelés.   

Le malaise s’est heureusement avéré sans gravité, mais il a mis fin au rassemblement.  

Océane Boyer n’est jamais rentrée après l’école, mercredi dernier.   

Ses parents ont signalé sa disparition à la police vers 17 h 30. Les enquêteurs ont lié la disparition de l’adolescente avec la découverte d’un corps, plus tôt ce jour-là, sur le chemin Berlin.  

Le père de la victime, Francis Boyer, étreint un proche.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Le père de la victime, Francis Boyer, étreint un proche.

François Sénécal, un ami de la famille depuis une vingtaine d’années, a été arrêté le lendemain et a été accusé de meurtre prémédité. Il aurait poussé l’odieux jusqu’à proposer à la mère d’Océane d’organiser les recherches dans le secteur où il aurait abandonné le corps.  

Le Journal révélait samedi qu’il l’aurait forcée à consommer une importante dose de médicament et d’alcool avant de la battre à mort avec un objet contondant.  

Proches et amis troublés par les événements  

Une tante d’Océane, Véronique Sarrazin, salue sa nièce en touchant au mémorial.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Une tante d’Océane, Véronique Sarrazin, salue sa nièce en touchant au mémorial.

Le meurtre d’Océane Boyer a troublé beaucoup de gens qui ont tenu à venir appuyer la famille, dimanche, lors d’une envolée de ballons en mémoire de l’adolescente assassinée à l’âge de 13 ans.  

Injuste  

« C’est quelque chose d’injuste qui est arrivé à la petite. Je suis une mère aussi. J’ai une fille de sept ans. On se dit toujours que si ça arrivait à une de nous, ce serait bien que tout le monde soit là, pour nous aider, nous supporter », a soufflé Catherine Etchenique, une amie d’une des tantes d’Océane.  

Elle était visiblement à fleur de peau, comme plusieurs autres parents, amis et inconnus qui ont pris part au rassemblement.   

Melissa Sanscartier Dunn, 14 ans, devait partir en voyage scolaire à New York avec Océane Boyer au mois de mai.   

Mélissa Sanscartier Dunn, une amie d'Océane.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Mélissa Sanscartier Dunn, une amie d'Océane.

Elle a passé des jours difficiles.  

« Elle était vraiment fine. Ça me fait de la peine », a-t-elle laissé tomber.  

Amy-Lody Larche, 14 ans, a également trouvé les derniers jours longs et pénibles.  

« Il y avait beaucoup de gens qui parlaient d’Océane, et c’est vrai que c’est vraiment touchant », mentionne-t-elle.  

De la colère  

Des gens sont venus déposer des peluches et des fleurs devant le mémorial pour Océane Boyer.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Des gens sont venus déposer des peluches et des fleurs devant le mémorial pour Océane Boyer.

Des parents ont également été saisis par le fait qu’un drame d’une telle ampleur arrive dans leur voisinage.  

Jonathan Larche est père de deux adolescents qui vont à la polyvalente Lavigne de Lachute et a connu l’accusé dans le passé.   

Il a ressenti beaucoup de colère quand il en a appris plus sur le drame.   

« La journée où je l’ai appris, c’était épouvantable. J’étais dans toutes mes émotions. Surtout de savoir que les enfants vont à la même école que la petite Océane », a-t-il dit, une peluche en forme d’éléphant dans les mains.  

Sa conjointe, Mélanie Dupont, tenait aussi à venir saluer la défunte.  

« Ça nous a vraiment bouleversés parce que ça aurait vraiment pu être l’un des nôtres ou ça aurait pu arriver à quelqu’un d’autre aussi. D’emblée, ça nous a portés à être plus attentifs à certaines choses », a-t-elle déclaré.