/entertainment/lavoix
Navigation

«La Voix»: talent et ténacité gages de succès

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Il faut beaucoup de persévérance pour réussir dans le monde de la musique. Heidi Jutras l’a prouvé, dimanche soir, lors de l’avant-dernière ronde des auditions à l’aveugle de La Voix, à TVA. Après avoir pris part aux préauditions presque chaque saison, elle a réussi à faire tourner trois coachs grâce à son interprétation magistrale de Des mots qui sonnent, de Céline Dion.  

Choriste depuis plusieurs années pour différents grands noms de la chanson québécoise, Heidi Jutras comprend les raisons de son succès. «Cette année, je pense que j’avais un laisser-aller que je n’avais pas auparavant. Je n’avais aucune retenue, j’étais dans un grand détachement. Le fait de ne pas avoir de stress m’a donné une grande liberté sur scène.»      

  

COURTOISIE OSA IMAGES ET TVA

  

La chanteuse de 33 ans a débuté dans ce métier grâce au soutien de Johanne Blouin, qui reste une personne importante dans son parcours. «Je me souviens encore de mon premier cours de chant avec elle. Elle m’a montré la base, elle a corrigé les faux plis que j’avais. Et ensuite, elle m’a demandé d’être choriste pour elle. C’est grâce à elle que je suis entrée dans ce métier.»      

Caméléon   

En étant choriste, la chanteuse a dû moduler la voix pour se fondre dans la tonalité des artistes qu’elle accompagnait. «J’ai tendance à imiter la voix de l’autre pour mieux me coller à lui, c’est une déformation professionnelle inconsciente. Mais quand vient le temps de travailler sur du matériel original, il faut que je prenne un peu de recul et fasse un travail pour trouver ma propre voix.»      

Habituée d’être derrière un artiste, elle doit s’imposer comme une chanteuse à part entière. «On est choriste par choix, et non par défaut. Toute choriste peut être chanteuse, mais ce ne sont pas toutes les chanteuses qui peuvent être choristes. J’avais fait le choix d’être en arrière, car j’aimais accompagner les artistes. Les gens ne pensent pas aujourd’hui à m’appeler pour chanter sur un spectacle.»      

Heidi se dit toutefois prête à passer cette étape, avec le soutien de son nouveau coach, Pierre Lapointe. «Vu que je fais ce métier depuis longtemps, j’ai un peu perdu les étoiles dans les yeux parce que la passion est devenue un travail. J’avais besoin de retrouver cette passion, et participer à La Voix va m’apporter un vent de fraîcheur.»      

  

COURTOISIE OSA IMAGES ET TVA

  

Beth Cossette, 28 ans, Montréal   

Depuis plusieurs années, Beth Cossette roule sa bosse dans le milieu de la musique. Elle a notamment sorti un premier album et participé à une comédie musicale, en plus de travailler comme directrice de tournée pour son père, Sylvain Cossette. Elle souhaite aujourd’hui présenter une nouvelle formule.      

  

COURTOISIE OSA IMAGES ET TVA

  

«Les choses que j’ai faites par le passé m’ont forgée en tant qu’artiste. Je n’ai pas toujours su exactement ce que je voulais. Trouver sa propre voix et sa signature, ce n’est pas facile. J’ai eu besoin de trouver une aisance sur scène, de combattre ma gêne... Il y a des gens qui ont le contrôle à 100% de leur corps, ça n’a pas toujours été le cas pour moi. J’avais besoin de trouver mes forces et mes faiblesses, en sachant où je peux aller.»      

Elle souhaite surtout exister en tant que chanteuse à part entière, et non pas comme «la fille de». «Mon père a une voix puissante, c’était ma référence. Il a fallu que j’apprivoise mon instrument et que je l’assume. Ça m’a pris toutes ces années pour me découvrir en tant qu’artiste. Aujourd’hui, je suis une femme, je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas.»      

Elle a choisi de poursuivre l’aventure dans l’équipe de Cœur de pirate. «Je voulais travailler avec une femme, et en plus avec quelqu’un qui a un peu la même sensibilité que moi. De tous les coachs, c’est celle qui pouvait le mieux me comprendre.»      

Malia, 29 ans, Montréal   

Après avoir tenté de faire les préauditions à plusieurs reprises sans succès, Malia est arrivée à son audition à l’aveugle avec un certain détachement. Elle n’y croyait plus vraiment.      

  

COURTOISIE OSA IMAGES ET TVA

  

La surprise a donc été totale quand elle a vu les quatre coachs retourner leur fauteuil sur son interprétation de Ex-Factor de Lauryn Hill. «J’y suis allée sans aucune attente. Je pense qu’à chacune des étapes, je vais garder cet esprit d’esprit, en me disant que je suis prête à rentrer chez moi. Je préfère chanter comme si c’était la dernière fois. Et si je reste, c’est juste du bonus.»      

  

  

Sacha, son fils de 12 ans, était à ses côtés et c’était important pour elle. «Quand je pratique ma voix, il fait des vocalises avec moi. Il voit combien je mets d’effort et de travail pour tenter de faire ma place. Il le vit avec moi. Même à son âge, je pense qu’il est conscient que je n’ai pas fait tant de choses pour moi. J’ai été responsable très jeune en ayant un enfant. La Voix, je le fais pour moi et je pense qu’il le sent.»      

Malia aimerait que cette expérience lui permette de pouvoir vivre de son art. «Je suis devenue une personne plus disciplinée et sérieuse. Je suis très à l’écoute de ce qui se passe. J’aimerais avoir une visibilité pour que les gens voient qui je suis et ce que je fais comme musique.»      

Allison Daniels, 25 ans, Québec   

  

COURTOISIE OSA IMAGES ET TVA

  

Du haut de ses 25 ans, Allison Daniels a une certaine expérience dans le milieu de la musique et sur scène. Elle a même déjà chanté en duo avec Keith Urban, sur les Plaines, à Québec. «Cette expérience m’a fait grandir en tant qu’artiste. Elle m’a donné de l’énergie pour aller plus loin et me découvrir davantage. C’était vraiment fou. Je pense que ça m’a permis d’augmenter ma confiance et le fait de croire en moi. En plus, le new country fait partie de moi. Je n’ai pas choisi ce style musical, il s’est imposé à moi.»      

  

  

Elle confirme avoir attendu le bon moment pour participer à l’émission. «Je suis auteure-compositrice-interprète et je travaille sur mon côté scénique depuis que je suis toute jeune. Cette saison, j’étais prête à faire La Voix, j’étais rendue là dans mon parcours. J’ai déjà prévu sortir un EP après la fin de l’émission.»      

Choisir Garou comme coach était aussi une évidence pour elle. «C’est un showman qui vient me chercher, il chante avec ses tripes. Il a un style blues-rock que j’aime beaucoup. Il dit les vraies choses, tout en ayant une grande sensibilité.»      

  


  

Ils ont été recrutés cette semaine:   

Équipe Pierre Lapointe      

Catherine Picard, 20 ans, Québec      

Vidjay Rangaya, 25 ans, Montréal      

Heidi Jutras, 33 ans, Drummondville      

Équipe Marc Dupré      

Francis Degrandpré, 27 ans, Berthierville      

Raff Pylon, 26 ans, Belœil      

Malia, 29 ans, Montréal      

Équipe Cœur de pirate      

Beth Cossette, 28 ans, Montréal      

Équipe Garou      

Gabrielle Nogue, 24 ans, Montréal      

Allison Daniels, 25 ans, Québec      

Tom-Éliot Girard, 19 ans, Boucherville