/sports/football/rougeetor
Navigation

Rouge et Or: Félix Petit vise le poste de maraudeur partant

«Tout va moins vite sur le terrain», remarque le joueur de 2e année

Après une année d’apprentissage, Félix Petit possède une longueur d’avance pour le poste de maraudeur partant.
Photo Didier Debusschere Après une année d’apprentissage, Félix Petit possède une longueur d’avance pour le poste de maraudeur partant.

Coup d'oeil sur cet article

À son deuxième camp de printemps avec le Rouge et Or de l’Université Laval, Félix Petit vit une expérience très différente. 

«L’expérience n’est pas pareille pantoute, a résumé le maraudeur de 2e année. Il y a une grande différence sur le terrain, où tout va moins vite. Je suis aussi plus mature comme personne et comme joueur. Je me sens plus à ma place.» 

Depuis le début du camp, le produit des Cougars du collège Champlain est utilisé au sein du premier groupe. 

Partant en fin de saison l’an dernier, Louis-Philippe St-Amant a complété son parcours universitaire. 

Partant en début de saison l’an dernier, Vincent Lévesque évolue comme secondeur hybride. 

Le vétéran demi de coin Zack Fitzgerald voit de l’action comme maraudeur, mais il ne s’est pas entraîné en raison d’un malaise à l’aine, alors que Didier Lacombe ne participe pas au camp de printemps. 

Petit ne cache pas ses objectifs. «Mon but est d’être partant, a-t-il mentionné. Il se présente une belle opportunité à ma position, et je veux la saisir. J’ai compris mon rôle à ma première saison, et c’était normal que je voie moins d’action. J’ai adoré ma première saison. Je ne l’échangerais pour rien au monde. Ce fut une très bonne année d’apprentissage.» 

Plus intensif 

Petit a notamment pris toutes les répétitions, samedi. 

«Félix a besoin de volume, et je veux voir ce qu’il est en mesure de faire, a expliqué le coordonnateur défensif Marc Fortier. Je ne l’avais pas surchargé l’an dernier, mais c’est différent cette année. C’est le jour et la nuit avec l’an dernier. Ce qu’on lui demande est un peu différent de ce qu’il faisait dans les rangs collégiaux. Il possède une bonne longueur d’avance pour le moment.» 

Lévesque est le partant comme secondeur hybride pour l’instant, mais Fortier dit ne pas fermer la porte à un retour comme maraudeur au camp d’entraînement. 

Thomas Landry vit une situation similaire à celle de Petit. À sa deuxième saison, le demi défensif a vu de l’action, en fin de saison l’an dernier, et il aspire à un rôle plus important cette année. 

«Je suis bien content qu’on m’utilise comme secondeur hybride, a indiqué le produit des Élans de Garneau. C’est une position que j’aime parce que je suis impliqué autant sur la course que sur la passe. On m’offre des opportunités que je dois saisir. J’ai joué à deux positions, aujourd’hui [lundi]. Ma polyvalence est un atout. Le jeu se déroule moins vite, devant moi, et je ne me pose pas 15 questions avant que le jeu parte. Je peux jouer au football.» 

Postes à combler 

À sa troisième saison, Charles-Antoine Beaulieu voit aussi de l’action comme secondeur hybride, lui qui joue très bien lorsqu’il fait partie des unités spéciales. 

Le Rouge et Or misera sur un nouveau partant à la position de secondeur hybride, comme c’est le cas pour la position de maraudeur, puisqu’Adam Auclair fera le saut chez les professionnels. 

La recrue Cristophe Beaulieu sera dans la lutte lors du camp d’entraînement. 

Camp d’entraînement: Le troisième sera le bon, espère Hugo Larue 

À sa troisième saison, le demi de coin Hugo Larue réalise que le présent camp de printemps est très important. 

«Tous les camps sont importants, mais celui-ci l’est encore plus, a résumé Larue. Ça va tellement vite à ta première saison. Cette année, j’ai plus l’impression d’être devant le jeu plutôt que de me rattraper. Mes lectures sont meilleures, et le jeu va moins vite. L’an dernier, j’avais obtenu plus de répétitions et j’étais plus impliqué comparativement à 2018.» 

Parce qu’Émile Chênevert revient graduellement, lui qui a commencé sa résidence en médecine, et que Zack Fitzgerald est ennuyé par un malaise à l’aine, Larue évoluait avec la première équipe, lundi, en compagnie d’Edris Jean-Alphonse. 

«S’il n’avait pas été blessé, Hugo aurait eu des chances d’être habillé plus souvent l’an dernier, a indiqué le coordonnateur défensif Marc Fortier. Edris a un physique impressionnant [6 pi 1 po et 203 livres]. Il possède le talent, mais le jeu doit ralentir devant lui.» 

Blessé 

Larue s’était claqué un ischiojambier dès le deuxième entraînement du camp en août dernier. Il n’a disputé qu’une partie. 

Le Rouge et Or voulait rentrer du sang neuf à la position de demi de coin. Chênevert et Fitzgerald en seront à leur dernière saison, et les réservistes Carl Achy et Frédéric Gagnon ont complété leur parcours universitaire. 

La recrue Marc-Antoine Samson fait actuellement ses débuts, et l’étoilé Nicolas Lessard, des Géants de Saint-Jean-sur-Richelieu, joindra l’équipe en août. 

Francis Bouchard et Vincent Delisle sont deux autres recrues qui font leurs débuts sur la ligne tertiaire. Les deux évoluent comme demi défensif. 

«Francis possède les habiletés physiques pour évoluer comme secondeur hybride, mais c’est assez de jouer uniquement à une position pour le moment, a précisé Fortier. Les deux font bien, tout comme Marc-Antoine. C’est intéressant de miser sur des recrues de bon niveau. On fait du football de milieu de saison, et les gars réagissent bien aux différents schémas.» 

Épuisement 

Quelques demis défensifs sont tombés au combat, lundi. Maxym Lavallée et Samson sont du nombre. 

«Les gars commencent à être fatigués, a mentionné Fortier. Ce n’est pas sérieux, mais il faudra gérer le volume.»