/news/provincial
Navigation

Le gouvernement décaisse 419 M$ pour le réseau structurant

«Money talks», dit le maire Régis Labeaume

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Pascal Huot Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec a dépensé jusqu’à maintenant 65 M$ pour les divers travaux du bureau de projet du réseau de transport structurant, et pourra poursuivre les travaux préparatoires du projet grâce au décaissement, la semaine dernière par le gouvernement du Québec, de 419 M$.

C’est ce que Régis Labeaume a fait savoir lundi soir en marge du conseil municipal. Ces 419 millions $ font partie de l’enveloppe de 3 milliards $ investis par les deux paliers de gouvernements supérieurs.

« Avec le 215 millions qui avait déjà été alloué [en 2018], ça nous fait un total de 634 millions $ qui a été alloué, s’est félicité le maire Labeaume. On est bien content de ça. C’est beaucoup d’argent. Ils sont prêts à décaisser. »

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Pascal Huot

Selon lui, « ils ont confiance au projet. S’ils n’avaient pas été à l’aise, ils n’auraient pas ajouté 419 millions $. Money talks »

.Le maire de Québec a promis qu’il y aura plus tard une reddition de comptes pour les 65 millions $ qui ont servi, depuis deux ans, aux travaux du bureau de projet. 

Répétant qu’il n’y aura pas de dépassements de coûts, M. Labeaume a insisté pour dire « qu’on va en faire pour 3,3 milliards $. Pas une cenne de plus ».

Il a refusé de préciser si cela signifie que des pans du projet pourraient être abandonnés en cours de route. D’après lui, les provisions pour risques de 712 millions $ sont suffisantes.

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Pascal Huot

Expropriations et tunnel

Régis Labeaume ne s’est pas formalisé du fait que le gouvernement oblige la municipalité à ne pas procéder à des expropriations avant la fin des travaux du BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement).

Cela n’entraînera pas des retards dans le projet, a-t-il juré. « C’est correct. Ça va bien dans nos horaires », a-t-il insisté.

Le maire a par ailleurs confirmé qu’il n’y aura pas de tunnel à l’ouest, pour le tramway. « C’est trop cher. Il aurait fallu un étage de plus pour [les autobus] de Lévis, a-t-il expliqué. Ils [les décideurs gouvernementaux] nous ont demandé de payer nous autres mêmes et d’installer des quais pour Lévis. »

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Pascal Huot

Terrains de Rochebelle

La décision de faire passer ou non le tramway sur les terrains de soccer de l’école secondaire de Rochebelle n’est toujours pas prise.

« On n’est pas prêts à vous dire ça, a signalé le maire. On veut vous annoncer des choses quand ce sera décidé. Ce qui est décidé, c’est qu’on n’ira pas au Phare et qu’il n’y aura pas de tunnel [à l’ouest]. Le reste n’est pas décidé. » 

D’autre part, Régis Labeaume a mentionné que la Ville tente d’acquérir un terrain à Val-Bélair pour construire rapidement « un gros Parc-O-Bus [stationnement incitatif] » de 400 places. 

Des réactions

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Pascal Huot

« Je comprends mieux pourquoivous [Régis Labeaume] évitez les gens des banlieues. Mettons que votre projet ne les avantage pas trop. À part la facture, ils n’auront pas grand-chose. »

— Jean-François Gosselin, chef de Québec 21


  

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Pascal Huot

« Le gouvernement semblevouloir bien contrôler les coûts. Je parlerais d’une forme de semi-tutelle du budget et de l’échéancier, ce qui est quand même sérieux. C’est une bonne nouvelle pour les payeurs de taxes de la ville. »

— Jean Rousseau, conseiller de Démocratie Québec

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.