/opinion/columnists
Navigation

Les vertus de la méfiance

Coup d'oeil sur cet article

Le meurtre crapuleux de la jeune Océane Boyer, vraisemblablement tuée par un ami proche de ses parents, montre, comme si besoin était, à quel point l’âme humaine est insondable.

Qui sait ce qui se passe dans la tête des gens que nous croisons quotidiennement, avec qui nous travaillons ou même avec qui nous vivons ?

ON NE CONNAÎT PAS VRAIMENT LES GENS

Combien de gens ont appris avec horreur que leur mari était un pédophile ? Que leur père était un assassin ?

Ou que leur fils était un tueur en série ?

On croit connaître les gens alors que nous ne les connaissons pas.

Qui aurait dit que Jean Vanier – Jean Vanier, Bon Dieu, le fondateur de L’Arche, qui était considéré par la communauté internationale comme un véritable saint – était en fait un agresseur sexuel ?

Et que dire de ces mères qui ont tué leurs enfants ?

Saviez-vous que Mère Teresa utilisait les dons qu’elle recevait non pas pour soigner les lépreux, mais pour financer des groupes antiavortement ? L’âme humaine est une jungle inquiétante peuplée de créatures horribles.  

AU-DELÀ DES LICORNES

Je me moque souvent de la naïveté des petits lapins.

Mais mon ironie cache en fait une vive inquiétude.

Les jeunes, nos jeunes sont beaucoup trop innocents. On ne les a pas équipés pour faire face au monde réel.

Le rôle des parents n’est pas seulement de protéger leurs enfants, de les élever dans la ouate ou du papier bulle et de leur chanter les louanges et les splendeurs des licornes.

C’est aussi de leur apprendre à regarder la réalité en face.

De leur dire que le monde dans lequel ils vont grandir est rempli de loups, de sorcières, de vilains esprits et de prédateurs qui n’attendent qu’un moment de faiblesse de leur part pour les prendre à la gorge et brûler leur mémoire au fer rouge.

Bref, notre rôle est de leur apprendre non pas à ouvrir candidement les bras et à sauter au cou du premier venu, mais à se méfier.  

C’est plate, je sais, mais c’est la vie.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

C’est ce que les parents disaient à leurs enfants, avant.

« Fais attention. Sois prudent. »

VIVE LE CYNISME !

Les jeunes reprochent aux plus vieux (les boomers et les X) d’être cyniques.

Eh bien, chers petits lapins, le cynisme a du bon. Vous devriez en mettre quelques gouttes dans votre Kool-Aid aux fraises.

En fait, tant qu’à choisir, je vous dirais que je préfère être trop cynique que trop bonasse, trop crédule.

Méfiez-vous des adultes qui s’intéressent trop à vous. Ce n’est pas normal qu’un adulte veuille passer beaucoup de temps avec un adolescent ou avec un enfant.

Il y a anguille sous roche.

Méfiez-vous des individus qui veulent trop votre bien.

Méfiez-vous des gens trop lisses, trop gentils, trop souriants et qui portent leur vertu à leur boutonnière, comme une fleur ou une décoration.

Quand je vois de telles personnes, ma lumière d’urgence s’allume et flashe.

Je suis trop méfiant ?

Oui, et j’en suis fort aise.

Les gens qui n’ont aucun défaut et qui ne se trompent jamais me font peur.

Pour moi, ces personnes cachent des choses.

Méfions-nous de l’eau qui dort, comme disaient nos grands-parents.