/world/america
Navigation

Brésil : des pluies diluviennes près de Sao Paulo font au moins 16 morts et 32 disparus

Brésil : des pluies diluviennes près de Sao Paulo font au moins 16 morts et 32 disparus
AFP

Coup d'oeil sur cet article

SAO PAULO | Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région du port brésilien de Santos près de Sao Paulo dans la nuit de lundi à mardi ont fait au moins 16 morts, selon le dernier bilan des autorités locales, qui font également état de 32 disparus. 

Ce bilan, qui s’élevait à 10 morts dans la matinée, pourrait donc considérablement s’alourdir à mesure que les pompiers retrouvent des corps dans les zones dévastées par des inondations et des glissements de terrain. 

Des pluies diluviennes se sont abattues dès lundi soir sur le sud de l’État brésilien le plus riche et le plus peuplé. 

Le port de Santos est le plus grand d’Amérique Latine, d’une importance économique capitale pour la région, mais son agglomération compte de nombreuses habitations précaires, situées dans des zones considérées à risque. 

Une des personnes ayant péri est un pompier qui tentait de porter secours à des sinistrés. 

Des 16 victimes dont les décès ont été confirmés par les pompiers, 13 ont péri à Guaruja, station balnéaire huppée située à une quinzaine de kilomètres de Santos. 

Guaruja a enregistré pas moins de 300 mm de précipitations en 24 heures, plus que la moyenne attendue pour un mois de mars (277 mm). 

Plusieurs routes qui relient Santos à Sao Paulo étaient totalement bloquées en raison de glissements de terrain ou d’arbres couchés sur la chaussée. 

Au nord de l’État de Sao Paulo, dans celui de Rio de Janeiro, les pertes humaines et matérielles sont également lourdes à la suite des pluies torrentielles qui ont aussi provoqué de nombreuses inondations depuis dimanche. 

Le dernier bilan des autorités fait état d’au moins cinq morts, un nouveau corps ayant été retrouvé dans la nuit de lundi à mardi : ces victimes ont été électrocutées, noyées ou ensevelies par des glissements de terrain, a précisé la Défense civile. 

En janvier, un autre État du sud-est du Brésil, le Minas Gerais, avait été dévasté par des précipitations record qui avaient fait plus de 50 morts et dévasté des villes entières.