/news/health
Navigation

Coronavirus: le désinfectant en pénurie dans les pharmacies

Pénurie Purell
Photo AFP La pénurie de produits désinfectants commence à se faire sentir dans des pharmacies du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Après les masques, voilà que le désinfectant de type Purell est en rupture de stock dans plusieurs pharmacies de Québec.   

• À lire aussi: Les hôpitaux dévalisés de leurs masques  

• À lire aussi: Voici la chambre d’hôpital que vous ne voulez jamais occuper  

Une tournée des différentes bannières de la région permet de constater que les tablettes sont de plus en plus vides. Des responsables ont confirmé que la pénurie est liée à la situation du coronavirus.     

«Les gens sont inquiets, on le sent», a indiqué le gérant d’une succursale Brunet.     

Pénurie Purell
Photo AFP

Au compte-gouttes  

GOJO Industries, qui produit le populaire Purell, a confirmé au Journal ne plus parvenir à combler la demande.     

ÉCOUTEZ l’entrevue du Dr Yves Longtin, microbiologiste et infectiologue à l’Hôpital général juif, sur QUB radio:

 «Nous avons augmenté notre production de façon significative. Nous travaillons avec les autorités canadiennes pour accélérer l’expédition des produits au Canada. Nous espérons que tout sera résolu très bientôt», a indiqué par courriel la directrice des communications de l’entreprise américaine, Samantha R. Williams.     

«On reçoit vraiment à la goutte», précise le vice-président, mise en marché et marketing, de Familiprix, Bernard Godbout.      

«On nous a dit que l’usine produit à pleine capacité, et, comme ils ont des ententes avec des institutions publiques, c’est sûr qu’ils vont privilégier ces endroits-là», explique-t-il, ajoutant que la pénurie se fait sentir depuis début janvier.     

Pénurie Purell
Photo AFP

Pénurie de masques  

Ces difficultés d’approvisionnement viennent après celles qui ont touché les masques chirurgicaux, toujours difficiles à trouver aujourd’hui.      

«La demande est vraiment surdimensionnée si on compare avec ce que c’était les années passées», ajoute Bernard Godbout, de Familiprix.     

Et dans ce cas-ci, la pénurie est même mondiale.     

«On a eu beaucoup de clients asiatiques dans les dernières semaines, des Chinois principalement, qui achetaient les masques en grande quantité et qui les envoyaient à leur famille par la poste», a même confié au Journal le gérant d’une pharmacie de Québec.      

Aux États-Unis, l’annonce de premiers décès a provoqué un mouvement de masse vers tout type de masque, les quincailleries étant prises d’assaut autant que les pharmacies.     

— Avec la collaboration de Diane Tremblay