/finance/business
Navigation

Le détaillant québécois Louis Garneau cumule une dette de 32 M$ et se place à l’abri de ses créanciers

Coup d'oeil sur cet article

Rien ne va plus chez le détaillant québécois Louis Garneau, forcé de se placer sous la Loi sur la faillite et l’insolvabilité après avoir cumulé une dette de 32 M$.   

Après des jours de rumeurs persistantes, Louis Garneau Sports inc. a déposé un avis d’intention en vue de présenter une proposition à ses créanciers, mardi, afin de miser sur une restructuration de l’entreprise. Dans la tourmente, 66 employés travaillant à son siège social de Saint-Augustin-de-Desmaures ont été remerciés.    

« Ça me rend un peu émotif », a laissé tomber en point de presse mardi Louis Garneau, peinant difficilement à contenir ses larmes à l’annonce des graves difficultés financières vécues par l’entreprise qu’il a fondée en 1983.
Photo Jean-François Desgagnés
« Ça me rend un peu émotif », a laissé tomber en point de presse mardi Louis Garneau, peinant difficilement à contenir ses larmes à l’annonce des graves difficultés financières vécues par l’entreprise qu’il a fondée en 1983.

En point de presse en après-midi, le président et fondateur de l’entreprise s’est dit « très peiné » d’avoir eu à procéder à ces « coupes temporaires ». « On devait diminuer nos frais pour démarrer notre restructuration. On n’avait pas d’autre choix que de travailler avec une petite équipe », a-t-il signifié.     

L’entreprise spécialisée dans les vélos doit actuellement 32 M$ à quelque 500 créanciers. La situation est attribuable entre autres à un « manque de liquidités », causé notamment par la faillite de « deux de nos plus gros clients à l’international », il y a trois ans, soutient M. Garneau. À cela s’ajoute une diminution du chiffre d’affaires.    

Selon les informations obtenues par Le Journal toutefois, d’importantes dépenses effectuées au cours des dernières années auraient aussi miné la santé financière de l’organisation. « Je n’ai rien à me reprocher. Absolument rien », a rétorqué l’homme d’affaires, assurant qu’aucune dépense « farfelue » n’a été faite.     

Autre coup dur  

C’est un autre coup dur pour l’enseigne, qui a été forcée de fermer son unité de production textile dans la grande région de Québec, il y a cinq mois. Près d’une cinquantaine de personnes qui travaillaient à l’usine de Saint-Augustin-de-Desmaures s’étaient alors retrouvées au chômage.    

L’ex-olympien assure toutefois que la compagnie continuera ses opérations, bien que certaines livraisons pourraient connaître des retards. Il entend aussi conserver le siège social à Saint-Augustin-de-Desmaures, où 80 employés travaillent toujours.     

Pas question toutefois de penser à y ramener la production, qui se fait à l’international. « C’est la fin de la production ici. On ne peut plus manufacturer ce genre de produits là, qui est en grande compétition avec la Chine », plaide-t-il, précisant qu’il se devait de garder des « prix compétitifs ».    

Louis Garneau est maintenant à la recherche d’investisseurs — préférablement québécois — pour relancer le « Garneau 5.0 ». Il recherche aussi la « meilleure équipe de finances », la sienne lui ayant fait faux bond dès l’apparition de ses difficultés financières. « On a perdu l’information financière un moment donné », reconnaît-il.    

Difficultés niées plus tôt  

Le Journal avait eu vent dès la semaine dernière des difficultés vécues par l’entreprise. Questionné sur ce sujet par téléphone, Louis Garneau avait nié en bloc.    

— Avec la collaboration de Jean-Michel Genois Gagnon et Pierre-Paul Biron   

  • C’est la firme Raymond Chabot qui pilotera la restructuration de la compagnie. Un plan de redressement sera éventuellement présenté aux créanciers. L’avis d’intention ne touche pas les installations au Mexique, aux États-Unis, en France et en Chine, qui emploient quelque 200 personnes.   
  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Benoit Duguay, professeur titulaire à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, à QUB Radio:   

37 ANS D’HISTOIRE  

1983   

  • L’athlète Louis Garneau lance son entreprise éponyme dans le garage de ses parents avec l’aide de son épouse et la somme de 2000 $.        

1988   

  • L’entreprise est passée de 2 à 118 employés et loge dans un bâtiment de 10 000 mètres carrés à Saint-Augustin-de-Desmaures.        

1991   

  • Garneau est l’un des trois principaux fabricants de vêtements cyclistes en Amérique du Nord.        

2008   

  • Louis Garneau Sports ouvre une usine au Mexique.        

2014   

  • L’entreprise inaugure un centre de production et de distribution de 8 M$ au Vermont.        

2018   

  • Le groupe fait l’acquisition des détaillants de vêtements SUGOi et Sombrio basés à Vancouver et reçoit une aide gouvernementale de près de 1,8 M$ pour revoir sa stratégie numérique.        

2019   

  • Garneau ferme son unité de production textile à Saint-Augustin-de-Desmaures.        

- Récemment, le détaillant d’articles de sport La Cordée s’est aussi placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Cette compagnie devait notamment 75 000 $ à Louis Garneau, selon des documents publics.  

Sources : Louis Garneau Sports et articles de presse  

CE QU’IL A DIT  

« C’est une coursequi est difficile. C’est la course la plus difficile [à laquelle] j’ai participé, même celle des Jeux olympiques. »    

« On est dans une business qui me passionne. C’est ma vie. Ça porte mon nom. C’est très difficile. Mais je ne lâcherai pas. »    

« D’être un entrepreneur, c’est pas mal plus dur que d’être un athlète olympique. Cette course-là n’arrête jamais. »    

« J’ai encore du plaisir. J’ai encore de l’espoir. Je ne peux pas arrêter, c’est ma vie. Louis Garneau, c’est M. Bicycle. C’est comme ça que je veux finir ma vie. »    

« Garneau va survivre à ça. Et Garneau sera plus fort après, je peux vous le dire. »    

32 M$ de DETTES  

Créanciers garantis: 18 M$   

  • Les principaux: Investissement Québec et la Banque Royale        

Créanciers NON garantis: 14 M$   

  • Près de 500 créanciers non garantis d’un peu partout dans le monde        

500 créanciers à travers le monde  

Quelque 500 créanciers non garantis à travers le monde — dont des anciens employés de Louis Garneau — sont visés par les difficultés financières de l’entreprise québécoise.Sur les 32 M$ de dettes accumulées par la compagnie, 18 M$ sont réclamés par des créanciers garantis, 14 M$ par des créanciers non garantis.   

Kathryne Lamontagne et Pierre-Paul Biron, Le Journal de Québec  

Ces derniers sont dispersés « un peu partout dans le monde », a révélé Jocelyn Renaud, de chez Raymond Chabot.     

Parmi eux se trouvent des couturières ayant été mises à pied en septembre dernier, lors de la fermeture de l’usine textile.    

Des inquiétudes  

Une situation qui inquiète la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA), qui représente une quarantaine d’employés travaillant toujours à l’expédition à Québec.     

C’est que Louis Garneau n’a pas encore honoré en totalité des ententes d’indemnités de départ négociées avec les travailleurs remerciés.    

« Ils sont sur la liste des créanciers. Il y en a qui avaient des primes sur plusieurs mois, donc les montants qui devaient être payés jusqu’en février l’ont été. Mais après ça, s’il restait du résiduel post-février, ça va tomber dans l’avis d’intention », confirme l’associé-syndic chez Raymond Chabot.    

De quoi soulever des craintes du côté du syndicat. « Est-ce que ça pourrait rentrer dans une éventuelle faillite ? Je ne veux pas faire peur à mon monde, mais je crains que s’il y a une faillite, une partie ne soit pas protégée. On va faire vérifier ça par nos procureurs », assure le conseiller syndical Gaétan Desnoyers.    

Surpris  

Ce dernier s’est par ailleurs dit surpris de l’ampleur des difficultés financières de l’entreprise, qui n’augurent rien de bon.    

« Comment tu peux vider un siège social pendant un nombre X de temps et dire que le but est de réengager tout le monde ? Tant mieux si ça arrive, mais disons qu’on en a vu d’autres », lance M. Desnoyers.     

« M. Garneau a tenté d’être rassurant, mais il avait fait la même chose l’automne dernier. On a vu comment ça a fini », ajoute-t-il à propos de la fermeture de l’usine de textile du fabricant de vêtements.    

La liste complète des créanciers ainsi que le montant ventilé des sommes dues devraient être accessibles aujourd’hui, a laissé savoir le syndic.