/sports/football/rougeetor
Navigation

Une «réflexion» salutaire

Partant à sa première saison, Samuel Maranda-Bizeau s’est retrouvé réserviste à sa 4e, un choc dur à encaisser

Samuel Maranda-Bizeau
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés À sa 4e saison, le plaqueur Samuel Maranda-Bizeau souhaite retrouver un poste de partant. Sur la vignette, on le voit à l’entraînement le 9 août au PEPS.

Coup d'oeil sur cet article

Après une période de questionnement au terme de la dernière saison, Samuel Maranda-Bizeau a décidé de poursuivre sa carrière.

« J’ai eu un moment de réflexion », a confié le plaqueur de 4e année du Rouge et Or de l’Université Laval.

« J’ai décidé de revenir pour les bonnes raisons. Ce fut difficile l’an dernier. Je poussais et ça ne fonctionnait pas. Je ne performais pas à mon niveau. Ce fut difficile de me retrouver réserviste après avoir été partant à ma première saison. La saison 2019 m’a toutefois prouvé que j’étais plus fort mentalement que je le pensais. »

Parmi les rares vétérans sur la ligne défensive l’an dernier, Maranda-Bizeau n’a pas connu la saison souhaitée.

« Je n’ai pas connu la saison que je voulais, a mentionné le vétéran de 4e saison. Je veux me dépasser cette année et démontrer que je suis capable de jouer. Comme vétéran, je veux montrer l’exemple. Avec les départs d’Alexandre Gagnon et d’Aleck Brodeur, je suis le plus vieux. On se pousse l’un et l’autre. Mon objectif est de mériter un poste de partant. Je suis retourné à la base. J’ai amélioré mon premier pas qui me causait des ennuis l’an dernier et qui faisait en sorte que je me faisais bloquer. »

Le produit du campus Notre-Dame-de-Foy aurait aimé recevoir une invitation pour le Défi Est-Ouest qui se déroulera le 9 mai à l’Université Carleton.

« Je suis déçu de ne pas avoir été invité, mais il s’agit d’une motivation supplémentaire en prévision de la prochaine saison, a-t-il souligné. Faut croire qu’il me manquait quelque chose. »

Absents

Au camp de printemps, le Rouge et Or est privé du plaqueur William Desgagné qui a été opéré à une épaule pendant la saison morte.

Recrue défensive par excellence l’an dernier dans le RSEQ, Jean-William Rouleau s’entraîne avec le premier groupe.

On retrouve aussi au centre de la ligne Pierre-Alexandre Gauthier qui a évolué avec Rouleau avec les Pionniers de Rimouski et qui n’a pas revêtu l’uniforme à sa première saison.

Mbembe pas habitué

Débarqué chez le Rouge et Or l’an dernier précédé d’une excellente réputation, Arnold Mbembe a vécu une saison marquée de hauts et de bas.

Partant à quelques reprises, l’ailier défensif a aussi été laissé de côté lors de la visite des Carabins de l’Université de Montréal lors de l’avant-dernier match du calendrier régulier.

« C’est la première fois de ma vie que ça m’arrivait, a-t-il souligné. Ce fut une leçon. Ça démontrait que les erreurs peuvent coûter cher. Je me suis amélioré et je me suis présenté avec une nouvelle attitude. »

« Je commets encore des erreurs de jeunesse, mais le jeu a ralenti devant moi », de poursuivre le produit des Cheetahs de Vanier.

« Je veux me battre pour un poste de partant. Je veux jouer un plus grand rôle que l’an dernier et aider l’équipe. Au collégial, je misais beaucoup sur mes instincts. À l’université, tu dois jouer le système. J’avais la mentalité de vouloir gagner mes batailles à un contre un, mais je m’applique maintenant à utiliser plus mes techniques. Ça me procure plus d’atouts. »

Une première saison éprouvante pour Vincent Blanchard

Joueur par excellence sur les unités spéciales dans le circuit collégial Division 1 en 2018, le botteur Vincent Blanchard n’a pas été habillé une seule fois à sa première campagne universitaire.

Le Rouge et Or misait déjà sur deux botteurs d’expérience en Dominic Lévesque et David Côté.

« Ce fut difficile comme première saison, a-t-il souligné. Ce fut aussi difficile sur le plan personnel. Malgré tout, je n’ai jamais pensé transférer. C’est à Laval que je veux jouer. Le Rouge et Or m’a soutenu dans une période difficile et c’est une famille pour moi. Il n’était donc pas question d’aller jouer ailleurs. »

« Après une pause que j’avais convenue avec Glen [Constantin], je remonte la pente depuis janvier, de poursuivre Blanchard. J’ai pris une pause qui m’a fait du bien. J’ai passé un mois à Hawaii. »

Ouverture

Avec le départ de Lévesque qui a complété son parcours universitaire, Blanchard croit-il être en mesure de faire sa marque cette année ?

« Je n’ai pas d’attentes, a-t-il mentionné. Je ne veux pas me faire d’attentes. Mon objectif est de démontrer ce [que] je suis capable de faire. Je veux montrer mon vrai potentiel. »

Successeur de Côté quand il est arrivé au campus Notre-Dame-de-Foy en 2017, Vincent Blanchard pourrait-il partager le travail comme ce fut le cas lors des trois dernières saisons à Laval ?

« Mon but est d’être prêt si on appelle mon nom, a-t-il résumé. David a fait les bottés de précision et de dégagement l’an dernier. De toute façon, il est encore trop tôt pour savoir comment ça va se passer. On va voir au camp d’entraînement en août. »

La première tranche du camp de printemps se termine mercredi. D’autres sessions sont prévues au début avril.