/sports/football/rougeetor
Navigation

Bon début pour Arnaud Desjardins

L’ancien quart-arrière des Spartiates impressionne ses entraîneurs au camp printanier de l’équipe

Le quart-arrière Arnaud Desjardins a pu démontrer la puissance de son bras, mais aussi sa mobilité au cours du camp de printemps.
Photo Jean-François Desgagnés Le quart-arrière Arnaud Desjardins a pu démontrer la puissance de son bras, mais aussi sa mobilité au cours du camp de printemps.

Coup d'oeil sur cet article

Arnaud Desjardins a effectué ses premiers pas dans le réseau universitaire au cours des derniers jours à l’occasion du camp de printemps du Rouge et Or de l’Université Laval. 

• À lire aussi: Un autre Spartiate se joint à Laval

Joueur par excellence dans le circuit collégial Division 1, le pivot des Spartiates du Vieux Montréal se disait satisfait de sa prestation. « Ça s’est bien passé et j’ai progressé à chaque entraînement, a mentionné Desjardins. Je voulais me familiariser avec le système, la vitesse du jeu et le synchronisme avec les receveurs. » 

« La vitesse du jeu représente la plus grosse adaptation, de poursuivre l’étudiant en droit. Les fenêtres se referment beaucoup plus rapidement. Le synchronisme avec les receveurs est l’aspect que je devrai le plus travailler. C’est un gros plus d’avoir pu me joindre à l’équipe dès janvier. » 

Contingent de spartiates 

S’il a pu exhiber son talent sur le terrain, Desjardins a également démontré qu’il n’est pas mauvais du tout dans le recrutement. Depuis sa décision en décembre, quatre de ses coéquipiers avec les Spartiates ont opté pour le Rouge et Or, une situation qui ne s’était pas produite depuis fort longtemps. « Ils ont pris la meilleure décision pour eux, mais j’ose croire que ma présence a joué un rôle, a-t-il indiqué. Ça me fait plaisir qu’ils m’aient suivi. Historiquement, les joueurs du Vieux Montréal ont bien fait à Laval, mais, bizarrement, il y a eu un creux pendant quelques années. » 

Justin Éthier a aimé ce qu’il a vu de sa recrue. « C’est très difficile ce genre de camp parce qu’il y a beaucoup d’informations à assimiler en peu de temps, mais je suis très satisfait de sa performance, a raconté le coordonnateur offensif lavallois. Certains bloquent en raison de la quantité d’informations et ils sont incapables de jouer. À la deuxième journée, je pensais qu’il y aurait pu avoir un trop-plein d’infos, mais il a super bien fait. Comme Thomas [Bolduc] l’an dernier au camp d’entraînement, ils ont une excellente compréhension. Ce n’est pas seulement des lanceux de ballon doté d’un bon bras. Ça fait longtemps qu’on n’a pas eu deux quarts-arrières avec un très, très bon potentiel en même temps. » 

Mobilité 

Si tous savaient que Desjardins était doté d’un bon bras, Éthier a découvert un pivot mobile. « Sa mobilité est un aspect très sous-estimé dans son jeu, a-t-il affirmé. En raison de la qualité de sa ligne et de l’offensive en général, il n’a pas eu à courir l’an dernier. Les Spartiates misaient sur tous les outils. C’est normal que les entraîneurs souhaitaient protéger leur quart-arrière. Dans du football à trois essais, sa capacité à étirer le jeu comme Hugo Richard pouvait le faire va lui servir beaucoup. » 

Le camp de printemps a pris fin mercredi. Pour cette dernière journée, l’entraîneur-chef Glen Constantin avait invité à l’entraînement les recrues qui se sont engagées à Laval, mais qui ne compléteront leur parcours collégial qu’en mai. Tout le monde a été présenté au groupe au terme de l’entraînement. 

Un nouveau rôle pour Darren Kyeremeh 

Le secondeur Darren Kyeremeh se sent prêt à assumer un plus grand rôle.Après une saison à l’écart du jeu parce que son projet d’évoluer dans la NCAA n’a pas fonctionné, le produit des Cheetahs de Vanier a repris le collier en mars 2019 lors du camp de printemps du Rouge et Or. 

« Je suis content de la façon dont j’ai évolué dans le football universitaire, a mentionné Kyeremeh. Il y a encore beaucoup de place à l’amélioration, mais je comprends la vision de Marc [Fortier]. Après un an à l’écart du jeu où j’étais plus en mode apprentissage, je me suis rajusté. Le jeu se passe plus lentement devant moi et les informations rentrent plus vite. » 

Entraide 

Utilisé comme secondeur extérieur l’an dernier, Kyeremeh a été muté à l’intérieur au camp de printemps. « Ça fait mon affaire, a-t-il indiqué. Je fais mon affaire, mais je veux me battre pour jouer un plus grand rôle. » 

Au poste de secondeur intérieur, Kyeremeh sera en lutte avec les vétérans Christophe Gagné, Dan Basambombo et Frédéric Pongo. Gagné et Pongo ont partagé le travail l’an dernier alors que Basambombo était à l’écart du jeu pour des raisons académiques. 

« Je suis content que Dan soit revenu au jeu, a souligné le secondeur de 6 pi et 230 livres. C’est un très bon leader et je pourrai apprendre de lui. Il y a une bonne chimie dans le groupe des secondeurs et tout le monde s’aide. »