/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Alexandre Despatie: un champion gastronome

ART-ALEXANDRE-DESPATIE
Photo courtoisie, Joel Lemay Alexandre Despatie

Coup d'oeil sur cet article

Le double médaillé olympique et triple champion du monde Alexandre Despatie est fébrile, excité et impatient ; il prépare, avec ses amis et partenaires du Marinelli, l’ouverture d’un bar à cocktails, vins et bouchées dans le Vieux-Montréal, nommé Marine. Alex, comme tout le monde l’appelle, aime s’entourer de personnes compétentes, car comme il le dit avec humour : « si mes partenaires devaient se fier à moi pour réaliser les préparations culinaires, les clients auraient vite compris que je suis meilleur plongeur que cuisinier. » Cette blague, Alexandre l’a entendue des centaines de fois. Avoir de l’autodérision ajoute à son charme et à sa grande gentillesse, pas étonnant que tout le monde l’aime, Alex. Mais parlons cuisine avec lui justement.

Questionnaire gourmand

Café ou thé ?

C’est vrai que lorsque j’ai découvert le café, c’est devenu un rituel, ça me prend un café le matin. Je ne suis pas thé par contre, mais mes amis me disent que je devrais découvrir cet univers du thé et c’est vrai que lorsque j’ai fait des compétitions en Chine par exemple, c’était savoureux. 

Café-croissant ou gruau et fruit ?

Mon rituel depuis que je suis enfant, c’est un toast au beurre d’arachide. Mais, bon, je vais te faire rire, car que ce soit pour le café ou le toast, je vais en bas de chez moi au café Marinelli. Pire, j’ai une belle machine à café toute neuve dans ma cuisine chez nous, mais en sept mois que je suis dans mon nouvel appartement, je ne l’ai jamais utilisée, je sais, c’est ridicule. 

Pain tranché ou baguette ?

Pour les sandwichs, vraiment baguette, j’adore ça, bien croustillante, c’est un bonheur. Pour le matin, pain tranché évidemment. 

Fromage ou dessert ?

Je ne suis pas trop bec sucré, alors, spontanément, fromage, en plus le fromage, j’en mange très régulièrement.

Viande ou poisson ?

La viande, j’en mange moins, mais de meilleure qualité, manger de la viande pour manger de la viande, non, mais j’avoue être un carnivore. Par contre, un formidable poisson grillé au café Ferrera par exemple, c’est agréable aussi.

Salade ou frite ?

C’est la question piège, mais je suis obligé de dire frites. Sauf que je suis bien à l’aise à manger une belle salade repas, je l’ai fait souvent et encore aujourd’hui. Mais juste de la salade verte, non, pas trop pour moi.

Végé ou carné ?

Je sais que la consommation de viande a des conséquences environnementales, mais aussi pour la santé humaine si sa quantité est trop importante. Alors, je suis plus modéré qu’avant, mais lorsque je veux me faire plaisir, un bon steak ou un filet mignon, je me régale, je dois l’avouer.

Resto ou livraison ?

Dans mon esprit, me faire livrer de la nourriture, c’est pour quelque chose de plutôt fin de soirée, même de nuit. Des tacos, des burgers, frites... pas vraiment santé. Lorsque je veux faire un restaurant, je choisis des restaurants, car je sais que ce n’est pas juste le repas. Les lieux, l’ambiance, la nourriture, c’est vraiment un ensemble de choses.

Caramel ou chocolat ?

Chocolat, c’est un grand plaisir de gourmandise.

Même s’il est plutôt frites, une belle salade repas fait régulièrement le bonheur d’Alexandre Despatie.
Photo Adobe Stock
Même s’il est plutôt frites, une belle salade repas fait régulièrement le bonheur d’Alexandre Despatie.

Huile d’olive ou huile de canola ?

Huile d’olive, ça aussi, un peu pour tout, mais surtout pour les salades et vinaigrettes, les cuissons de poissons.

Gâteau ou biscuit ?

Vu que je ne suis pas bec sucré, je vais spontanément prendre un biscuit pour me déculpabiliser de ne pas prendre un gros morceau de gâteau, mais ce n’est pas une bonne idée, car je vais manger 4-5 biscuits.

Gastro ou bistro ?

J’ai beaucoup de respect pour les chefs et restaurateurs qui font de la cuisine gastronomique, car je sais qu’il y a énormément de travail, de mise en place, de réflexion pour séduire les foodies, mais cela me parle moins au cœur et aux émotions qu’une belle et bonne assiette bien copieuse avec de la nourriture savoureuse et réconfortante. L’un n’empêche pas l’autre, mais ma préférence va au bistro, question ambiance aussi.

Bière ou vin ?

Je ne suis pas assez connaisseur de bière, une bière blonde bien froide l’été me comble, sinon, le vin est un univers que mes amis m’ont fait découvrir et ça me rejoint plus.

Blanc ou rouge ?

L’été un peu plus de blanc, le reste de l’année surtout le rouge. Italien, les barolos, des brunellos, montepulciano d’abruzzo, des bourgognes... Je suis bien ouvert à découvrir.

Bulles ou cocktail pour l’apéro ?

Cocktails, ça aussi, c’est un univers incroyable. Les grands classiques à redécouvrir et de savourer des créations des mixologues et spécialistes de spiritueux. C’est ce que nous allons faire dans notre bar Marine qui ouvrira en avril. J’ai bien hâte, ça va être ma place préférée à Montréal. (Rire)

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

À la blague, je pourrais te dire mon tire-bouchon, mais sinon, j’ai une petite mandoline, un coupe-légumes formidablement pratique pour quelqu’un comme moi qui n’a pas une très grande habileté avec les couteaux. Non seulement c’est pratique, mais je gagne beaucoup de temps pour couper mes légumes.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

Avec la famille et les amis proches. Pleins de petits trucs à grignoter avec cocktails et vins. Des charcuteries, des fromages, beaucoup de fromage, de belles viandes grillées. Sinon, de la cuisine italienne, des pâtes avec une belle et savoureuse sauce tomate ou une grosse lasagne. Mais si je veux quelque chose de plus compliqué que cela, je vais demander à un de mes amis chefs comme Joe Mercuri de venir me préparer toutes les choses chez moi et lorsque les invités vont passer à table, je vais dire, voici mes recettes et mes plats ! Évidemment, ils ne me croiront pas.

Pour le dessert ?

Généralement, je leur demande de l’apporter, sinon, je vais dans une pâtisserie bien classique, Les Délices Lafrenaie, pour les cannolis ricotta et autres classiques italiens.

As-tu une recette chouchoute que tu fais à tes invités ?

Petites pommes de terre grelot aux épices de Montréal, que je sers avec mes viandes ou poissons, mes invités m’en redemandent tout le temps, un délice de simplicité.

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

J’aime faire les tartares de saumon, mais pas avec une tonne d’ingrédients dedans, quelques petits trucs simples. Huile d’olive, citron, quelques épices et assaisonnements et c’est tout. Je n’aime pas les tartares ou tu ne goûtes plus l’ingrédient principal.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Oh mon Dieu, mon premier poulet rôti au four. Ma maman m’avait pourtant expliqué toutes les étapes, ce fut une catastrophe, à tel point que tu te demandes comment ça pouvait être autant raté. Mon talent est ailleurs, il faut croire.

Ton choix au restaurant, un plat que tu fais souvent ?

Si je vois un Lobster Roll sur le menu, c’est sûr que ça va m’attirer, car j’en ai déjà mangé des sublimes ici et ailleurs et lorsque le homard est bien frais et cuit comme il se doit, le pain bien grillé, c’est formidable.

Meilleure expérience culinaire à vie ?

Un bar grillé au restaurant Ferreira, d’une simplicité déconcertante, d’un bonheur gustatif incroyable. Lorsque tu manges du poisson comme ça, c’est difficile ensuite de manger un poisson mal cuit. Buca à Toronto, on a mangé et partagé tout le menu au complet avec des amis.

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petit ?

Ma maman cuisinait beaucoup. Des souvenirs de son macaroni au fromage, même encore aujourd’hui, lorsque l’on se retrouve en famille avec ma sœur, on souhaite qu’elle nous fasse la surprise de nous le servir, ça sent le bonheur dans la maison. La tarte aux framboises de Mamie, ça aussi c’est quelque chose, j’en ai des frissons juste à t’en parler.

Fromages préféré s ?

Le Migneron, la Tomme D’Elles, le ciel de Charlevoix, bref, tous les fromages de Maurice Dufour, un pionnier au Québec, j’adore.

Carnets d’adresses

Tes restos préférés ?

Ferreira, Taverne Sur Le Square et Inferno à Montréal, Buca à Toronto.

Resto préféré pour sortir en tête-à-tête ?

Barroco, je sais que je vais passer une bonne soirée.

Resto préféré pour tes sorties de gars ?

Satay Brothers, là aussi, je sais que ce sera sympathique et savoureux.

Resto préféré à l’extérieur de Montréal ?

Bistro L’Atelier - Tartares & Cocktails à Québec, c’est festif et chaleureux.

Produits culinaires chouchous ?

Sauce sriracha.

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine ?

De fruits, le matin où pour mes lunchs, je mange et j’adore les fruits et j’en ai toujours chez moi.

Un coup de cœur culinaire ?

Les sushis du restaurant JUNI, c’est carrément exceptionnel.

Gourmandise coupable ?

Un sac de chips, vraiment, il ne faut pas que je commence à en manger une, car le sac y passe...

Ton style de cuisine préféré ?

Italienne, québécoise, française, asiatique et indienne.