/finance/business
Navigation

Échec d’un ultime sauvetage d’Air Saguenay, qui met définitivement la clé dans la porte

Une coopérative d’employés a tenté de racheter l’entreprise dernièrement

Ecrasement d'hydravion
Photo d’archives, Didier Debusschère Le 16 juillet 2010, un hydravion d’Air Saguenay s’était écrasé près de Chute-des-Passes, à 230 km au nord de Saguenay. Quatre des six passagers y avaient perdu la vie.

Coup d'oeil sur cet article

Air Saguenay met définitivement la clé dans la porte. Une coopérative d’employés a tenté de relancer le plus grand transporteur de brousse du Québec, mais l’explosion des coûts d’assurance après l’écrasement de l’été dernier a mis le dernier clou dans le cercueil de l’entreprise.  

Le président d’Air Saguenay a confirmé les informations du Journal selon lesquelles des négociations intenses avaient eu lieu au cours des dernières semaines.          

La coopérative d’employés cherchait à récupérer des actions du plus gros transporteur de brousse du Québec pour sauver l’entreprise dans sa forme actuelle.          

«On voulait vraiment que ça marche pour la clientèle et les pourvoyeurs. La coopérative d’employés, c’était un projet super le fun, on y croyait», confie une source au fait du dossier.          

Environ 40 pourvoyeurs du Nord faisaient affaire avec Air Saguenay pour l’accès à leurs installations et leur ravitaillement. La fin de l’entreprise rend l’accès aux territoires nordiques de plus en plus difficile pour les villégiateurs.          

«On s’était entendu sur un prix, on s’était entendu pour aller de l’avant», ajoute Jean Tremblay, président d’Air Saguenay, lui aussi déçu du dénouement.           

Plus assurables  

Ce dernier explique que la compagnie d’aviation peinait à se faire assurer, surtout après le dernier écrasement mortel d’un de ses appareils, le 15 juillet 2019, au Labrador.           

«Malheureusement, Air Saguenay n’est plus assurable», constate M. Tremblay, précisant même avoir reçu un avis de révocation de son assureur actuel durant la négociation de rachat.          

«La coopérative aurait pu trouver une autre compagnie d’assurance, mais à quel prix?» questionne-t-il.          

Des informations provenant de la coopérative d’employés indiquent que les primes d’assurance avaient explosé d’environ 150 %, ce qui rendait tout projet de relance impossible.          

«Le problème d’Air Saguenay, c’était ça. Il n’y avait pas un bon dossier», souligne une source, ajoutant que cette nouvelle avait «mis fin à l’offre d’achat».           

Vente des actifs  

La direction d’Air Saguenay avait déjà commencé au cours des derniers mois la liquidation des actifs de la compagnie.          

Le projet de relance par la coopérative étant maintenant à l’eau, cette «vente de feu» risque fort bien de se poursuivre.          

«On va passer au plan B», se contente de dire pour l’instant Jean Tremblay, ouvert aux propositions.          

Lors de l’annonce de la fin de ses opérations en novembre dernier, Air Saguenay possédait 10 hydrobases et une douzaine d’avions. Au plus fort de son existence, la compagnie opérait jusqu’à une trentaine d’appareils et réalisait un chiffre d’affaires de plus de 10 M$ annuellement. Ce montant avait chuté à 3,9 M$ en 2019.          

D’autres poursuites à prévoir contre l’entreprise  

Jean Tremblay, Président d’Air Saguenay
Photo d'archives
Jean Tremblay, Président d’Air Saguenay

D’autres tuiles risquent fort de s’abattre sur la tête d’Air Saguenay et de ses dirigeants au cours des prochains mois, alors que d’autres poursuites en lien avec l’écrasement qui a fait sept morts au Labrador en juillet 2019 risquent d’être déposées.          

Le président de l’entreprise, Jean Tremblay, ne s’en cache pas, les familles des victimes de l’écrasement au lac Mistastin ont l’intention de traduire Air Saguenay en justice.          

«Toutes les familles ont déposé un avis d’intention de poursuite. Les familles ont jusqu’à trois ans pour déposer officiellement la poursuite, donc on s’attend à ce que ça arrive», confie l’homme d’affaires, qui entend faire face à ses responsabilités, même s’il cherche à vendre l’entreprise.           

«Est-ce que ça va être l’entreprise, les administrateurs qui seront poursuivis? Je ne sais pas. Mais on a des assurances, on va tout gérer», assure-t-il.          

Sept morts  

Jusqu’à maintenant, une seule famille a officiellement intenté une poursuite contre Air Saguenay.          

Les proches de Clifford Randell, un guide de pêche de 50 ans, affirment que l’entretien du matériel et la compétence du pilote expliquent l’écrasement tragique qui a fait sept morts.           

Le montant de la poursuite déposée à la Cour suprême de Terre-Neuve en novembre n’a pas été dévoilé.          

Un collègue de M. Randell à la pourvoirie Three Rivers Lodge, Dwayne Windsor, est aussi mort dans l’accident. Trois Américains d’une même famille, John, Matt et John Jr Weaver, ont également péri, comme un autre touriste américain, James Slamon. La dernière victime est le pilote du Havilland DHC-2 Beaver, Gilles Morin.          

Difficile pour la vente  

Cet aspect juridique a également joué dans le projet de rachat d’actions de la compagnie par une coopérative d’employés, nous confie-t-on. Il devenait peu invitant d’acquérir une entreprise sur laquelle pèsent de tels risques de poursuites.          

«C’est là qu’on a freiné aussi. S’il y a des poursuites, tu ne veux pas être là-dedans, parce que tu as beau avoir les papiers que tu voudrais qui expliquent la vente et tout, c’est juste impensable. [...] C’est comme une épée de Damoclès sur la tête», confie une source au sein de la coopérative d’employés.          

Du plomb dans l’aile d’Air Saguenay  

Trois écrasements mortels en l’espace de neuf ans          

16 juillet 2010 | Chute-des-Passes   

4 décès parmi les 6 passagers          

23 août 2015 | Les Bergeronnes   

6 décès          

15 juillet 2019 | Mistastin Lake, Labrador   

7 décès          


Fin de la chasse au caribou | Février 2018  

A fait passer le chiffre d’affaires d’Air Saguenay de 10 M$ en 2011 à 3,9 M$ en 2019